L’expérience un peu folle des Cris de Paris

En résidence en Champagne-Ardenne pour deux saisons, l’ensemble vocal Les Cris de Paris montrera l’étendue de son art les 21 et 22 janvier à Reims en donnant en un week-end trois spectacles lyriques dans trois salles et trois registres différents.

Créé en 1998 et professionnalisé depuis une dizaine d’années, l’ensemble Les Cris de Paris a posé ses bagages en Champagne-Ardenne via l’Opéra de Reims, le temps d’une résidence hors normes. « L’idée est de faire rayonner l’art lyrique sur l’ensemble du territoire, y compris là où il n’y a pas d’opérateurs culturels. Nous n’en sommes pas à notre première résidence, mais c’est la première que nous développons à cette échelle-là. Et c’est la plus ambitieuse », précise le directeur de l’ensemble, Geoffroy Jourdain. « Ce qui a plu à Serge Gaymard, le directeur de l’Opéra de Reims, c’est notre côté kaléidoscopique, cette capacité à développer des projets collectifs à 3 aussi bien qu’à 80 personnes, sans nous enfermer dans un répertoire. Nous allons pouvoir créer des formats pour des lieux différents, travailler des propositions originales qui peuvent s’adapter facilement à de petites scènes comme garder l’efficacité d’une grande structure avec chœur et orchestre et ouvrages lyriques sur le grand plateau de l’Opéra. »

En collaboration avec Ludovic Lagarde

Une expérience « un peu folle » révèlera la hauteur de cette ambition fin janvier à Reims. Les Cris de Paris enchaîneront trois spectacles – dont deux créations – en un seul week- end. Israël en Egypte est le premier, présenté le 21 janvier à 20h30 à l’Opéra. « Nous avons déjà donné de cet oratorio de Haendel une version fidèle à l’original avec l’orchestre Les Siècles, commente Geoffroy Jourdain, mais cette fois l’œuvre a été entièrement repensée, transformée, réduite, en collaboration avec la Comédie de Reims. Elle est valorisée par la mise en scène de Ludovic Largarde et par la création vidéo de Lidwine Prolonge. » Le lendemain à 15h au Théâtre du Chemin Vert, Les Cris de Paris apparaîtront dans une formation limitée à trois chanteuses solistes pour L’Ailleurs de l’autre, un concert de berceuses appartenant au patrimoine culturel de la Papouasie, de la Nouvelle Guinée, de l’Alaska, de l’Inde, de la Birmanie ou encore de l’Ethiopie. « Le programme de ce concert bouge, est en perpétuel modification. Nous créons peu à peu un répertoire de chants féminins du monde, transmis par tradition orale et recueillis par des ethnomusicologues. Ce répertoire sera mis à la disposition de la metteur en scène Aliénor Dauchez en vue d’une grande création prévue en avril 2018 à l’Opéra de Reims. » Ce même dimanche à 17h sera donné à l’Atelier de la Comédie Tristan et Iseut (Ni toi sans moi ni moi sans toi). Sur scène, quatre artistes suivront le fil musical du compositeur Morgan Jourdain, frère de Geoffroy. Ils connaissent leur texte et leur partition, s’apprêtent à interpréter la lutte des deux amants contre leur destin… Sauf que…

Impossible d’en dire plus si l’on veut ménager les effets de ce spectacle parodique qui s’adresse à un large public familial. Inauguré en février 2016 à Saint-Dizier pour cette résidence, Tristan et Iseut circulera ensuite en Champagne-Ardenne. « Ce week-end est un moyen de donner de la visibilité à cette résidence, de faire découvrir des projets artistiques très variés et d’aller à la rencontre de publics différents ». Les Cris de Paris réserveront ce même week-end aux Rémois la primeur de leur nouveau disque dont la sortie nationale est prévue en février.

 

Photo © Geoffroy Jourdain Crédit Nathaniel Baruch

Soyez le premier à commenter "L’expérience un peu folle des Cris de Paris"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*