Visions plurielles : la petite touche féminine

Visions plurielles est à la fois le nom d’un collectif de réseaux professionnels et celui de l’événement annuel qu’il organise depuis quatre ans en référence à la Journée internationale des femmes.

L’aspiration des femmes à un traitement égalitaire dans tous les compartiments de la vie est de plus en plus forte. L’affaire suit son cours, au rythme lent de la transformation de la société qui doit se débarrasser de siècles de domination d’un sexe sur l’autre. Un exemple parmi d’autres : l’orthographe a été récemment réformée mais pas la grammaire ni sa règle de base selon laquelle, quand les sujets d’une phrase sont de genre masculin et féminin, l’adjectif attribut se met au masculin. Dans le même temps, l’usage est en train de féminiser nombre de titres, métiers et fonctions, avec (artisane, postière…) ou sans (sapeuse-pompière, cheffe…) la bénédiction de l’Académie française.

Dans les milieux professionnels, la réaction s’organise autour de réseaux qui naissent et croissent au sein des grandes entreprises pour tenter de faire bouger les lignes, de faire évoluer les pratiques, dans le recrutement, la gestion des ressources humaines, le partage des responsabilités, les salaires… A la lisière de ces démarches, un collectif propose à Reims une voie (voix ?) différente, tout en nuance. Il ne s’inscrit pas dans la revendication militante mais dans une recherche d’équilibre, une valorisation des femmes entreprenantes, assortie d’une forme d’apologie de la mixité intelligente.

Entreprise, sport, gastronomie, digital

Visions plurielles a été inventé il y a quatre ans au hasard d’une discussion entre les représentantes de deux réseaux féminins : « Créer au féminin » piloté par la CCI et « SNCF au féminin Champagne-Ardenne ». Rapidement se sont agrégés autour d’elles d’autres réseaux féminins (Créez comme elles, Les Femmes chefs d’entreprise, Les EssentiElles de BPALC, Energies de femmes EDF, Elle@Legrand), mais aussi des réseaux amis (Le Club des Flâneries musicales, le Club de la Presse Reims Champagne, le département Relations Entreprises de Neoma) et des partenaires supports (Agence Evénementiel, Emergence production, Samm Trading…). Dans le groupe organisateur, composé d’une quinzaine de personnes d’origines, d’âges et de métiers différents, la parité hommes- femmes n’est pas le sujet. Il y a plus de dames que de messieurs et personne ne s’en plaint. Tous apportent bénévolement à Visions plurielles la contribution de leurs compétences. Chaque conférence qu’ils proposent à l’occasion de la Journée internationale des femmes invite à la réflexion sur la place conquise par les femmes, leur apport dans divers univers et les bénéfices de la mixité dans les organisations : l’entreprise en 2014, la compétition sportive en 2015, la gastronomie en 2016. Le plateau d’invitées est toujours constitué de manière à porter témoignage de la diversité des parcours et de l’énergie particulière que les femmes doivent déployer pour atteindre leurs objectifs. Ce jeudi 9 mars 2017, c’est à la part prise par les femmes dans la révolution digitale que s’intéresse Visions plurielles en donnant la parole à cinq intervenantes de choix : Céline Haffner, Responsable marketing IoT Business Solutions chez Netatmo, Peggy Louppe Directrice de la transformation digitale SNCF, Anne Mertani, Directrice de projet digital et omnicanal groupe LVMH, Marie-Christine Oghly, PDG EnginSoft France, et Amandine Zimmerle, Présidente de Femina Tech.

Soyez le premier à commenter "Visions plurielles : la petite touche féminine"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*