L’agriculture du futur prend son envol à Reims

La Présidente du Grand Reims, Catherine Vautrin, a signé ce jeudi l’acte de cession des terrains de l’ancienne Base Aérienne 112 de Reims à l’association Agro-ressources et Bioéconomie Demain présidé par Maximilien Charpentier.

C’est la fin d’un long processus entamé en 2008 après l’annonce par le Ministère de la Défense de la fermeture de la Base Aérienne de Reims. Le 30 juin 2011 marquait la fin des opérations. Depuis beaucoup de projets mais peu de choses concrètes à l’exception du projet porté par l’association Agro-ressources et Bioéconomie Demain. Il s’agit d’installer sur ces terrains une plate-forme expérimentale agronomique et technologique. 

Maximilien Charpentier qui préside par ailleurs la Chambre d’Agriculture de la Marne et Catherine Vautrin ont expliqué que ce projet était un véritable « projet de territoire ». La « Ferme 112 » sera un outil de pointe dans le domaine de la ressource agricole, en amont de la filière agro-industrielle. Il sera l’une des composantes d’un territoire qui a vocation à devenir l’espace de référence de la bioéconomie en France mais aussi en Europe.

La ferme expérimentale exploitera les terres agricoles du site. L’ancien aérogare de Bétheny sera occupé par un pôle de recherche où travailleront une soixantaine de chercheurs, deux autres bâtiments accueilleront un pôle événementiel enfin un pôle de développement économique sera dédié aux starts-up.

Dès le 14 juin, la Ferme 112 accueillera les 12èmes Culturales®, véritable salon de l’innovation en matière d’exploitation agricole. Une précision, enfin: le radar reste sur le terrain. « C’est une servitude » a précisé la Présidente du Grand Reims.

La base aérienne 112 était située sur les communes de Bétheny (349 ha), Brimont (66 ha) et Courcy (89 ha). La Loi de finances pour 2009 en prévoyait la cession pour l’euro symbolique aux communes sur lesquelles elle était implantée avec possibilité de substitution de l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI). C’est ainsi que Reims Métropole, en accord avec la commune de Bétheny, a acquis le site fin 2016. En cas de cession dans un délai inférieur à 15 ans, Reims Métropole (devenue le Grand Reims) doit reverser la moitié du prix de la cession à l’Etat. Le prix de cession à l’association tient compte des différents frais, notamment de dépollution, qui seront supportés par le nouveau propriétaire. La valeur nette a donc été chiffrée à 2.5 M€ dont la moitié payable dans les 6 mois de la cession et l’autre moitié dans les 5 ans.

Soyez le premier à commenter "L’agriculture du futur prend son envol à Reims"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*