François Cravoisier: Il dit tout haut ce qu’il pense

Animer des équipes pour développer un territoire, voilà la passion de François Cravoisier. Certes, cela fait quelque peu officiel et pompeux. Mais encore ? Et un beau coucher de soleil ? Et un bon millésime 1996 ? L’épicurien réagit. On évoque les bonnes tables et les bonnes rencontres. Le plaisir d’être ensemble et surtout la découverte des autres.

L’hypocrisie, la lâcheté, la malhonnêteté, tout ce qui peut gâcher les rapports humains. François Cravoisier n’aime pas. Bon, encore un cliché. Mais, l’idée se précise, le ton monte et le Président  se lâche : « J’ai le même langage avec tous ceux que je rencontre. Je ne suis pas un caméléon. Je dis ce que je pense. Je regrette les discours appropriés à tel ou tel autre auditoire. Les vérités, toutes les vérités sont bonnes à dire ».

Pur produit consulaire, son père et sa mère se sont rencontrés à l’ESC Reims, François Cravoisier est le fils d’un père entrepreneur en machinisme agricole et d’une mère  professeur en sciences économiques. L’entreprise et l’économie. Vous avez dit atavisme ?  L’enfance d’un Président ? François Cravoisier jeune est déjà un adepte de l’équipe. Vous auriez pu le rencontrer en deuxième ligne d’une mêlée de rugby, là où force cohésion et marche en avant dominent. Là où il faut aller pour prendre des coups et en distribuer. Il en parle, on le croit.

L’équipe d’abord

L’équipe c’est quoi ? « Un état d’esprit, la rencontre d’éléments différents, l’addition de personnalités qui savent faire l’effort nécessaire pour gagner ». Chef d’entreprise ? Pas tout de suite. François Cravoisier passe par l’Ecole Normale, merci maman, puis bifurque vers  la mouvance paternelle en succédant à son père.  Entreprendre aujourd’hui ? « On peut le faire. Tout le monde peut le faire et d’autant mieux que l’accompagnement  à la création d’entreprise existe solidement. Les structures d’appui sont nombreuses, ne serait-ce que les Chambres de Commerce ».

La crise, vue par le Président de la CCI de Reims et d’Epernay et Président de la Chambre Régionale des CCI de Champagne-Ardenne ? « Nous n’avons pas de moyens financiers, mais des moyens d’accompagnement pour limiter les dégâts, dans une crise qui dépasse largement les frontières régionales ». Au bon milieu de cette crise, les créateurs d’entreprise sont de plus en plus nombreux et François Cravoisier remarque : « Nous faisons tout pour aider ceux qui croient en l’avenir ».

Et dans cette tempête un Président de CCI fait quoi ? « Il pense à l’avenir, il le prépare. Il intercède auprès des décideurs et des pouvoirs publics. Il fédère ceux qui peuvent soutenir l’entreprise et organise le rassemblement des forces vives de l’économie régionale ». En période de crise, surtout ne pas baisser les bras : créer, innover, animer, multiplier les manifestations au service des entreprises …

Dire ce que l’on pense

Petit détour du côté de l’actualité. La réforme des CCI ? « Une réformette ! On aurait pu pousser  plus fortement le niveau régional, c’était l’opportunité de donner à l’institution un poids nécessaire à la représentation des entreprises ». La valse entre Reims et Châlons-en-Champagne, du style une Chambre de trop ? François Cravoisier ne tranche pas : « Nous avons beaucoup d’échanges entre les deux CCI marnaises.  Nous sommes d’accord sur les grands dossiers comme Paris-Vatry… Un jour, peut-être, il y aura une envie de … ».

Comment devient-on Président d’une CCI ou d’une CRCI ? « Il faut en avoir envie ». Président de la CCI de Reims et d’Epernay, depuis 1998, François Cravoisier ajoute : « L’envie de faire bouger les choses ». Et au bilan des « bougements », il évoque Invest in Reims et l’implantation d’une soixantaine d’entreprises, la création des parcs d’activité et ceux en projets, le lancement de génération entreprendre, l’internationalisation d’Innovact, le développement du Vittef, l’expansion de Reims Management School (4 200 étudiants) et les partenariats avec les collectivités … Sans oublier l’essor spectaculaire des créations d’entreprises et l’accueil personnalisé des futurs créateurs dans une région devenue leader en la matière.

Dont acte. Mais encore, Monsieur le Président, n’auriez-vous pas quelques défauts ? « Peut-être celui qui me poursuit depuis longtemps, j’ai une grande gueule. J’exprime, tout haut, ce que je pense ». Imaginez François Cravoisier, hors présidence … Un homme comme tout le monde. Il affectionne les romans policiers, sans négliger les revues économiques … Il écoute toutes les musiques du monde … Sauf le hard rock ! Il donne sa préférence aux rencontres improvisées. Il n’est pas bling-bling et préfère l’amitié à la verroterie.

Une image qui marque ? Rostropovitch interprétant le 2e concerto pour violoncelle d’Eric Tanguy aux Flâneries Musicales de Reims, une soirée de Juillet 2001 en la basilique Saint-Remi. Un paysage ? Alice Springs, en plein désert australien, entre Darwin et Adélaïde. Encore ? La Mer de Cortez, côté Pacifique du Mexique, baignade en famille … Un Président de CCI et de CRCI peut être humain … Aussi !

Et pour finir deux points d’actualité. La BA 112 ? Avec ou sans moi, le seul projet acceptable sera d’envergure européenne. Vatry ?  Un engagement sur le court terme avec Ryanair. Il faut essayer quelque chose, essayer plutôt que baisser les bras.

Précision : François Cravoisier est naturellement candidat à sa succession. Il ne le clame pas sur les toits pour cette simple raison : « Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est de défendre les entreprises, de les aider, de les accompagner dans leur développement comme dans leurs difficultés. Les élections,  c’est pour la fin de l’année. L’urgence, c’est ma mission au service des autres, pas ma candidature ».

Soyez le premier à commenter "François Cravoisier: Il dit tout haut ce qu’il pense"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*