Le Patrimoine industriel en région

Le Patrimoine industriel en Champagne-Ardenne-Diversités et destinées, c’est le titre de l’ouvrage diffusé par le CRDP de Champagne-Ardenne et publié sous la direction de Xavier de Massary en charge du service de l’inventaire à la Région et Gracia Dorel-Ferré, Présidente de l’APIC. Il sera présenté ce vendredi au CRDP de Reims.

Le service de l’inventaire, émanation de la DRAC, dépend du Conseil Régional et a pour mission d’inventorier les richesses industrielles de la région, et plus largement du pays, dans un cadre qui fut défini en son temps par André Malraux, Ministre de la Culture du Général de Gaulle. L’inscription à l’inventaire d’un bâtiment permet de réaliser des études, des reportages photographiques, d’établir un historique et d’initier un fonds documentaire de chacun des bâtiments inscrits. Contrairement à des régions voisines plus homogènes caractérisées par la présence de la très grande entreprise, le patrimoine industriel de la Champagne-Ardenne est d’une riche diversité, avec des pôles de concentration mais aussi beaucoup de dispersion sur tout son territoire, et, en ville, un mélange étonnant de petites unités et de grandes usines. De 1984 à 2009, il a été entièrement répertorié par l’Inventaire général de Champagne-Ardenne.

L’APIC, l’Association pour le Patrimoine industriel de Champagne-Ardenne, a été créée en 1997 et travaille à la connaissance de ce patrimoine. Colloques, Mercredis du Patrimoine, Voyages d’étude, Publications, l’association mène à la fois un travail scientifique et éducatif. Sa présidente Gracia Dorel-Ferré milite avec force pour un élargissement du cadre de l’inventaire. « la définition par fonctionnalité est trop restrictive, dit-elle, en regrettant que l’inventaire écarte tout ce qui n’est pas bâtiment de production ».  Dans l’introduction de ce nouvel ouvrage, Gracia Dorel-ferré l’explique fort bien : « un récent colloque sur le patrimoine des silos révèle à quel point la société civile peine encore à identifier et à valoriser le patrimoine industriel sous toutes ses formes. Et si l’on accepte aujourd’hui de considérer les gares comme des lieux d’architecture significative et monumentale, chose qui était impensable il y a un demi-siècle, il nous faudra encore beaucoup travailler pour convaincre un large public qu’un lieu de production, tel qu’une usine ou un silo, est un monument pourvu d’un sens, digne d’être considéré comme lieu d’histoire et lieu de mémoire ».  Comment imaginer le futur sans comprendre le passé et sans le préserver ? «L’inventaire est un moment », dit la Présidente de l’APIC «mais il faut aller plus loin ».  Les racines de la modernité.

C’est d’ailleurs ce sous-titre que porte « l’Atlas du Patrimoine industriel en Champagne-Ardenne » élaboré par Gracia Dorel-Ferré paru en 2005 et seul atlas du genre. Le nouvel ouvrage « Le Patrimoine industriel en Champagne-Ardenne-Diversités et destinées » constitue, lui, les actes du colloque international tenu à Châlons-en-Champagne en septembre 2009. De la friche Miko de Saint-Dizier à la métallurgie ardennaise, en passant par la faïencerie des Islettes et le parc de Champagne de Reims, cet ouvrage recense les différents patrimoines industriels de Champagne-Ardenne.

Le patrimoine industriel de Champagne-Ardenne Diversité et destinées, l’inventaire en perspective est disponible au CRDP, Boulevard de la Paix à Reims.

Source : CRDP- photo : La Comète. Ancienne brasserie de Châlons-en-Champagne figurant à l’inventaire – APIC

Soyez le premier à commenter "Le Patrimoine industriel en région"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*