Reims: La rentrée offensive de la C.C.I

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Reims et Epernay a fait sa rentrée ce jeudi. Face à une situation économique délicate, Jean-Paul Pageau, son Président, a réaffirmé sa stratégie:  « aider les entreprises ».

Le diagnostic du « patron » de la Chambre est clair et les propos offensifs: «les entreprises souffrent d’une manque de compétitivité. Il faut plus de flexibilité dans le droit du travail, il faut alléger le coût du travail et la machine pourra repartir ! « .  Jean-Paul Pageau n’a pas de recette miracle mais suggère des mesures: la baisse des charges sur les salaires, et d’une façon plus globale, la baisse de tout ce qui pèse sur le coût de production. En contrepartie, il ne voit pas d’inconvénient à augmenter la TVA, la CSG et à supprimer les niches fiscales.

Côté dépenses, le « citoyen » Pageau réclame la réduction du train de vie des Collectivités territoriales encore plus que de l’Etat qui a déjà fait de gros efforts. Au passage, il rend hommage à la bonne gestion du  Conseil Général de la Marne. René-Paul Savary appréciera !

Reste les banques, considérées souvent comme responsables de tous les maux. Non, ce n’est pas vrai, répond le Président de la CCI et il argumente: 1. Les entreprises en difficulté n’osent pas aller voir leur banquier, 2. C’est vrai que c’est plutôt « ceintures et bretelles » en ce moment mais 3. De l’argent, il y en a, que ce soit chez Oséo, à la Caisse des Dépôts et dans les banques qui, chiffres à l’appui, continuent à distribuer du crédit. La Banque Publique d’Investissement, l’un des projets économiques phare de François Hollande ?   »  j’en attends beaucoup à condition que les critères d’attribution des crédits soient différents des critères en cours actuellement ».  Le pilotage par la région: Pas opposé mais  Jean-Paul Pageau se dit qu’OSEO, dont les hommes connaissent très bien le terrain, aurait pu remplir le rôle de la future BPI sans créer, à nouveau, des structures administratives lourdes.

Concernant la prévention des difficultés des entreprises, Jean-Paul Pageau avait invité Michel Vandesompele, Président du Tribunal de Commerce de Reims. Une façon de montrer le rôle complémentaire des deux institutions dans ce domaine, même si, comme l’a rappelé le Président du Tribunal, la loi donne à la seule justice consulaire les pouvoirs de droit .

Une rentrée très offensive, donc, pour la CCI avec la volonté d’avoir une très grande proximité avec les entreprises, de travailler en réseau avec tous les acteurs économiques pour imaginer toutes les solutions. Pour Jean-Paul Pageau, l’heure de la mobilisation a sonné !

Soyez le premier à commenter "Reims: La rentrée offensive de la C.C.I"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*