Reims: la fibre optique, c’est déjà demain

Daniel Nabet Directeur Régional Orange . © Photo C. Landron

Les premières offres commerciales très haut débit vont apparaître en mars prochain dans le secteur central de Reims où Orange installe la fibre optique. Un événement qui préfigure une petite révolution des usages liés à Internet.

 

Daniel Nabet Délégué Régional Orange . © Photo C. Landron

Daniel Nabet Directeur Régional Orange . © Photo C. Landron

C’est l’éternelle question : est-ce l’œuf qui fait la poule ou la poule qui fait l’œuf ? Si l’offre d’accès à internet évolue en permanence, est-ce parce que les consommateurs ont une forte appétence de vitesse et de nouveauté ou parce les opérateurs créent de nouveaux besoins en augmentant les possibilités ? Un peu des deux, dirait Daniel Nabet, délégué régional France Telecom – Orange en Champagne-Ardenne. Il en est convaincu : les usages dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication vont exploser. Quand exactement ? Difficile à pronostiquer. Ce qui est écrit en revanche, c’est que le réseau filaire en cuivre que nous utilisons va physiquement arriver à saturation et ne pourra pas suivre ce mouvement exponentiel. D’où l’impérieuse nécessité de disposer d’une nouvelle infrastructure aux capacités plus importantes : la fibre optique permet de proposer du très haut débit (jusqu’à 100 Mbit/s aujourd’hui) sans affaiblissement de la puissance, pour le téléchargement comme pour l’envoi de fichiers. « C’est le pari d’Orange d’anticiper et d’investir sur ses fonds propres dans la fibre optique pour favoriser le développement de ces usages et redonner de la valeur au réseau ».

50 % des foyers de la région

Suite à l’appel à manifestations d’intentions d’investissement lancé par l’Etat pour l’aménagement numérique du territoire, deux opérateurs ont répondu en janvier 2011 : SFR et Orange. Ce dernier s’est engagé à amener la fibre optique dans 220 agglomérations, avec l’ambition de couvrir près de 10 millions de foyers français d’ici 2015. Une promesse à 2 milliards d’euros mais aussi un projet d’entreprise mobilisant tous les salariés qui s’organisent pour cette mutation. « Construire le réseau est une façon pour nous de le maîtriser et de rester leader, de maintenir l’emploi et d’en créer. » Ce programme passe par la Champagne-Ardenne où les 7 plus grosses intercommunalités et une commune (Sedan), soit 50 % des foyers de la région, seront équipées dans ce laps de temps. Le déploiement a déjà commencé dans l’agglomération de Reims, avec un premier lot livré au début de cette année, qui correspond au centre-ville, intéressant pour sa haute densité de population. Quatre autres lots seront progressivement fibrés, au rythme d’un par an. Châlons et Epernay suivront.

Domomédecine en région

Si Orange crée le réseau et installe la fibre en pied d’immeuble, il n’a pas le monopole de la vente de services et de contenus : comme le prévoit la réglementation, tous les fournisseurs d’accès à Internet peuvent se positionner auprès des clients potentiels et faire leurs offres commerciales. Cet environnement favorable va autoriser tous les usages grand public et professionnels : téléphonie, télétravail, télésurveillance, télé 3D, jeux en réseau 3D, vidéoconférence multipoints, dématérialisation des factures et des documents administratifs, sauvegarde de données personnelles dans le réseau, accès à des services dans les domaines de l’e-éducation, etc. Passionné d’innovation, Daniel Nabet réfléchit aux développements relatifs à l’Internet des objets : « d’ici 5 à 10 ans, le building prendra soin de lui-même, se gèrera lui-même, sur le plan de l’énergie, de la sécurité. Par ailleurs, notre mobile interagira avec d’autres objets communicants, dans les transports par exemple. » Et de citer aussi le projet pilote de domomédecine développé dans la région, qui explore les possibilités de dispenser des actes et des soins au domicile du patient en s’appuyant sur ces nouvelles technologies.

3 Commentaire(s) sur "Reims: la fibre optique, c’est déjà demain"

  1. Depuis le temps qu’on l’attend!!

  2. C’est bien gentil de fibrer les Villes, mais le télé-travail pour les habitants des commmunes (a +/- 50 km de reims) serait également un avantage en coût essence, temps de repos et surtout qualité de vie.

    Alors les projets fibres grande ville sont a oublié, il faut commencer là où la fibre Est Nécessaire et Attendu.

  3. En effet, depuis qu’on nous l’annonce, on aimerait avoir l’opportunité de s’en servir.

    Interrogé sur le salon Innovact Orange n’a pas su dire à quel rythme Reims serait accessible. Aucun moyen mis en place pour se faire connaître comme client potentiel et être contacté dès la mise en place du maillage incluant son habitation ou comme pour moi son local professionnel.

    Leur position est : équiper les immeubles pour couvrir un maximum de foyers, rien d’autre pour l’instant.
    Après l’article faisant état des soucis du pôle technologique Pomacle/Bazancourt pour être équipé car jusqu’à présent ils doivent se rendre sur Reims à Trois Fontaines pour faire leurs visioconférence, les professionnels ayant besoin d’un outil performant, donc de la fibre optique, ne sont pas pris en compte.

    Jouer en réseau d’un immeuble a sans doute dans cette optique plus d’intérêt que pouvoir bosser et transférer des données pros via la fibre.

    Côté commercial la démarche laisse à mon sens largement à désirer !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*