Der Kaiser von Atlantis à l’Opéra de Reims

Diriger un Opéra, comme celui de Reims, c’est bien sûr proposer les livrets du répertoire classique mais aussi prendre parfois le pari d’œuvres difficiles mais qui ont vocation à être reconnues par le public, à qui on les fait découvrir, comme des chefs d’œuvre.

der kaiser von atlantis-scénographie Adeline Caron-510_cr
Tel est, certainement, le cas de « Der Kaiser von Atlantis ». de Viktor Ullmann. Un opéra écrit en 1943 au sein du camp de Terezin proche de Prague. Le livret est de Peter Kien, poète et peintre également détenu. L’œuvre fut répétée à Terezín par un groupe de détenus, jusqu’à la générale, mais l’administration du camp la censura et l’opéra ne fut donc pas présenté au public. A Auschwitz où ils ont été transférés, les auteurs seront exterminés alors que l’Europe commence à être libérée. Il faudra attendre 1975 pour assister à la création de «Der Kaiser von Atlantis»  qui demeure l’ouvrage symbole de la destruction de plusieurs générations d’artistes juifs.

Dans ce contexte, le thème, celui de la mort, prend encore plus de résonance. Dans la mythique contrée d’Atlantis, l’Empereur Overall a décrété une guerre totale à la Mort. Et pourtant, les hommes, confrontés à l’immortalité la supplient de reprendre sa funeste mission. Elle accepte à condition que l’ Empereur soit le premier à partir. La musique, écrite pour les instruments disponibles dans le camp, oscille entre musique savant et populaire avec des emprunts au jazz aussi bien qu’à l’expressionisme viennois ou au cabaret

Der Kaiser von Atlantis
Vendredi  17 janvier et Samedi 18 janvier – Opéra de Reims
opéradereims.com

Soyez le premier à commenter "Der Kaiser von Atlantis à l’Opéra de Reims"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*