Reims: A.Robinet en tête, le F.N en arbitre

Rien n’est joué. Le deuxième tour des Municipales à Reims s’annonce très serré.

hdvreims2014-510_cr
Arnaud Robinet et la liste UMP-UDI qu’il conduit avec Catherine Vautrin vire en tête, certes, mais avec seulement 682 voix d’avance sur la Maire sortante Adeline Hazan. La surprise, mais en est-elle une sauf pour les sondeurs, vient du score réalisé par Roger Paris et sa liste FN qui rassemble 8144 voix (15,62 %). Le taux d’abstention est très élevé à plus de 48%.

La semaine de campagne va donc être particulièrement décisive.

Si Adeline Hazan peut compter sur un report, au moins partiel, de voix des listes de gauche, cela constitue un gisement très faible (3083 voix). Quant à la stratégie d’union avec les centristes de l’ UDI d’Arnaud Robinet, elle ne lui donne pas de réserve « naturelle » au début de cette semaine.

Sauf l’hypothèse d’un retrait de Roger Paris, reste donc pour l’emporter à convaincre tout ou partie des 8144 voix de la liste Bleu Marine de changer de choix.

Qui sont ces électeurs: des électeurs lassés de la classe politique et des familles traditionnelles qui la composent, des électeurs de droite qui, après s’être exprimés au premier tour, voudront faire barrage au maintien d’une équipe PS à la tête de la Cité des Sacres, des électeurs de gauche, déçus de l’action menée par le President et le Gouvernement, qui, eux, voudront sauver le soldat « Hazan » ?

Dès ce dimanche soir, et relayant en cela une position nationale, Arnaud Robinet a clairement refusé, par avance, une éventuelle fusion des listes UMP-FN.

Dans ces récentes interviews, Adeline Hazan disait redouter l’abstention et le vote sanction. Ses craintes étaient fondées. ! Le deuxième risque, pour elle, exprimé déjà par plusieurs médias ce soir, est de se voir élue grâce au Front National.

Dans les deux cas, il y a aussi à mobiliser les abstentionnistes du 1er tour. C’est évidemment le plus gros réservoir d’espoir pour les deux camps.

C’est, peut-être, sur les programmes que tout va désormais se jouer. Une semaine suffira-t-elle à chacun des candidats, pour convaincre les électeurs qu’il est le mieux-disant pour l’avenir de la métropole rémoise. N’est-ce pas, après tout, l’objet du scrutin !

Soyez le premier à commenter "Reims: A.Robinet en tête, le F.N en arbitre"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*