Reims célèbre les journées du patrimoine

La 31e édition des Journées européennes du patrimoine se tiendra ce week-end avec pour thème : « Patrimoine culturel, patrimoine naturel ». Comme chaque année, la Ville de Reims ouvre ses lieux et sites d’art et d’histoire, mais aussi  édite une brochure recensant tous les lieux ouverts au public durant ce week-end. Le thème national est repris à Reims, en lien avec les commémorations du Centenaire de la Grande Guerre.

chemin vert510_cr

1ère étape de programme : le Chemin-Vert : la cité-jardin labellisée « Patrimoine du XXe siècle »

En écho à la thématique nationale « Patrimoine naturel, patrimoine culturel », l’occasion est donnée aux Rémois et Rémoises de découvrir ou de redécouvrir de manière originale la cité-jardin rémoise du Chemin Vert. Entre verdure et patrimoine des années 20, la cité-jardin fait partie des ensembles architecturaux témoins du XXe siècle… et se situe dans le périmètre de la candidature UNESCO des « Coteaux Maisons, et Caves de Champagne ». Au détour des rues et des jardins, le promeneur pourra admirer les œuvres de l’artiste Thomas Venet qui lèvent un voile sur la réalité locale de la Grande Guerre. L’artiste, résident à la Fileuse, s’est donné pour tâche de « traduire » dans des œuvres abstraites des « réalités objectives  : un nombre de tués, des courbes balistiques, des coordonnées topographiques ». En écho avec son exposition aux Halles du Boulingrin, il s’agira sur place de « suivre les traces d’anciennes tranchées grâce à des installations, des sculptures et des marquages au sol».

A noter aussi, l’Ancien Collège des Jésuites, qui, pour les Journées du Patrimoine, rouvre l’aile historique de la bibliothèque au public après sa rénovation.

 

2ème étape : le temps des expositions

Ce week-end dédié au Patrimoine est marqué par les premiers jours de l’exposition franco-allemande «Jours de guerre et de paix. Regard franco-allemand sur l’art de 1910 à 1925 » au musée des Beaux-arts (qui ouvrira le vendredi 19 jusque 4 h du matin à l’occasion de sa nuit blanche et du centenaire de l’incendie de la Cathédrale).

A voir aussi, le Fort de la Pompelle rouvert au public en juin dernier et l’exposition « Plumes des tranchées, les écrivains et la Grande Guerre sur le front de Champagne » à la bibliothèque Carnegie autour du Cahier Bleu de Georges Bataille. En cours d’acquisition par la Ville grâce à une souscription sur www.fondation-patrimoine.org, ce manuscrit renferme un témoignage poignant sur l’incendie de la cathédrale dont on commémore ce vendredi le 100ème anniversaire

La maison KRUG pour sa première participation aux Journées européennes du Patrimoine, et dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, ouvre exceptionnellement ses portes. Elle propose aux visiteurs de découvrir l’exposition « La vie dans les caves de la Maison Krug au temps de la Grande Guerre ». Des documents d’archives rassemblés par Fabienne Moreau, historienne de la Maison et commissaire de cette exposition, permettent de témoigner de la vie de la population pendant cette période : photographies inédites exposées dans les lieux où elles ont été prises, documents d’époque et correspondances ponctuent ce parcours historique dans les caves de la Maison Krug, qui se conclut par le Caveau Collection où sont conservés les derniers exemplaires des millésimes Krug 1914 et 1915.

3ème étape : Deux nouveautés

L’école Blot et le Stade de Reims ouvriront leurs portes au public pour la première fois lors de ces journées. La première, école de peinture décorative fondée en 1925 par Eugène Blot, a acquis une renommée internationale dans la formation au métier du trompe-l’œil et accueille des élèves de tout âge en reconversion professionnelle. Le second est bien plus récent, mais tout aussi mythique : il a été reconstruit en 2008 sur les fondations de l’ancien stade qui a vu jouer les Kopa, Paintoni, Batteux, Fontaine, Lech et autres gloires du football français. L’objectif de son ouverture : rappeler l’histoire des lieux et savourer un parti pris architectural alliant légèreté et lumière, avec ses quatre mâts d’éclairage de soixante-cinq mètres de haut.

4ème étape : la nuit

Pour sortir des sentiers battus et regarder le patrimoine par le prisme artistique, un parcours nocturne a été développé pour la soirée du 20 septembre, de 20 h à 23 h, en ville. En chemin : sur la porte monumentale des celliers Jacquart, des fragments photographiques et vidéo de Guillaume Gellert, qui a immortalisé les travaux sur place. Au Cryptoportique, l’exposition « Tout ça, vois-tu, n’était pas gai » dans le cadre du Centenaire 14-18. Aux Halles du Boulingrin, la performance sonore du duo portugais constitué par José Alberto Gomes et João Menezes. Et enfin, rue Pluche, au square Charles Sarazin, une nocturne de poésie contemporaine.

 

Soyez le premier à commenter "Reims célèbre les journées du patrimoine"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*