Flâneries Musicales de Reims : entre bilan et perspectives

Samedi, le concert pique-nique rassemblera la grande foule au Parc de Champagne et clôturera l’édition 2015 du Festival. Jean-Louis Henry, son  président, répond aux questions de refletsactuels.fr

jlhra
RA : On suppose que vous scrutez le ciel chaque heure. Avec une bonne dose d’optimisme ou d’angoisse ?

JLH : Il est vrai que la météo est pour nous un facteur décisif. Pour nous mais bien sûr aussi pour les spectateurs. Nous suivons cela plusieurs fois par jour et à l’heure qu’il est, nous pensons que le beau temps sera avec nous sans surprise et sans risque de précipitations

RA Sans parler de chiffres que vous communiquerez à la rentrée, quelles sont les impressions du Président sur les Flâneries 2015 ?

JLH : C’est une édition qui a trouvé une grande maturité par rapport au projet qui nous a réunis il y a quatre ans sur une nouvelle donne des Flâneries Musicales de Reims avec la complicité de Jean-Philippe Collard  dans un renouvellement de notre forme d’organisation. L’ouverture qui a été faite à beaucoup de genres musicaux a été très appréciée du public et correspond aussi à une véritable attente de la part de ceux qui nous soutiennent, secteur public comme mécénat privé.

RA Un grand moment d’émotion. Il y a en a eu certainement beaucoup mais s’il fallait n’en retenir qu’un ?

JLH : Nous avons, pour la deuxième année consécutive, mis en œuvre un cycle pour les « petits flâneurs »  et il y a eu à  la Cartonnerie un moment magique avec des «bouts de chou»  à partir de 18 mois assis avec leurs parents ou leurs accompagnateurs. On sent leur intérêt pour la musique. C’est une pédagogie pour l’avenir que nous souhaitons décliner pour préparer les festivals futurs et le public des années 2020-2030. Il fallait faire cela et on est heureux de  l’intérêt suscité par ces concerts auprès des familles.

RA : Depuis quatre ans, les Flâneries ont à leur tête un duo entre Jean-Louis Henry le Président et Jean-Philippe Collard, le Directeur artistique . Pour vous, le Président, comment expliquer que ce tandem fonctionne si bien ?

JLH : Il y a deux éléments : déjà un élément humain, qui est important dans toute forme de collaboration et je crois beaucoup à la confiance mutuelle. Elle existe réellement et spontanément grâce à nos deux personnalités et celle de Jean-Philippe Collard est très attachante. Et surtout on a à peu près le même âge et  donc ce phénomène de génération qui n’a pas besoin de parler pour se comprendre. L’autre élément est plus fonctionnel : j’ai l’habitude de dire que nous avons chacun notre clavier. Lui est capable d’adopter celui de l’ordinateur que j’affectionne  et par contre je ne suis pas capable, moi, d’aller sur son terrain au plan artistique. C’est cette complémentarité qui fait que le duo fonctionne très bien.

RA : Entre le début du festival et aujourd’hui, la Champagne a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Est-ce que cela peut changer quelque chose pour les Flâneries dans les années qui viennent ?

JLH : Les Flâneries ont tenu, dès le départ,  à être partenaire et soutien à cette candidature. Nous nous félicitons que l’important travail mené par Pierre Cheval ait été couronné de succès.  Nous allons dédier en quelque sorte le concert pique-nique à cette inscription puisque nous serons dans un des lieux mis en relief par l’UNESCO.  Au-delà, le festival ne peut que s’internationaliser dans le cadre de cette inscription qui va faire de Reims et de la Champagne une destination en belle progression dans les années à venir .

Soyez le premier à commenter "Flâneries Musicales de Reims : entre bilan et perspectives"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*