Bruno Forget: « Je me battrai ici ! »

A quelques heures de l’inauguration par le Premier Ministre , Manuel Valls, Bruno Forget,le commissaire général de la Foire de Châlons, donne à tous des raisons d’espérer. 

brunoforget0912-A
La 69e Foire de Châlons-en-Champagne sera encore plus verte que la 68e et bien moins que la 70e, l’année prochaine. Déposé dès août 2014, « Le Pari du végétal » est plus qu’une marque, une raison de croire et de militer pour l’avenir d’une ville qui ne sera plus capitale, ACAL oblige, au matin du 1er Janvier 2016.

Vertes et aussi de toutes les couleurs du végétal, la Foire, Châlons-en-Champagne, la Marne et la Champagne-Ardenne disposent avec la Foire d’une vitrine de l’excellence agricole régionale et du futur pôle agriculture et végétal de l’ACAL. L’orientation amorcée l’année dernière va s’amplifier. Les acteurs de tous niveaux de la première foire au nord de la Loire en sont convaincus. Pari du végétal au niveau national et ambition légitime de devenir pôle d’excellence dans la future grande région seront conjugués avec ferveur dans les allées de la prochaine Foire.

 Une vitrine de la valeur ajoutée

Du 28 Août au 7 Septembre, 230 000 visiteurs du quart nord-est et 800 exposants du Monde vont vivre cette effervescence bénéfique. Généraliste et agricole, la Foire de Châlons-en-Champagne va s’imposer, au milieu de son ambiance de fête, comme un laboratoire de rencontres et d’idées autour de la valeur ajoutée de l’agriculture régionale.

Il a multiplié la fréquentation de l’évènement par trois depuis sa prise de fonction, Bruno Forget, Directeur de l’UCIA et Commissaire Général de la Foire, catalyseur de projets et de réalisations, extraverti positiviste permanent, porte haut le message : « Beaucoup savent que nous sommes une grande région agricole, parmi les premières de France. Mais nous ne sommes pas que des producteurs de grandes cultures. Nous sommes, sur bien des points, des leaders de la valeur ajoutée apportée par la transformation des produits de base de l’agriculture ».

La Foire est une opportunité évidente de médiatiser le pari champardennais du végétal, ce pari qui concerne l’agriculture, la recherche, l’emploi, la formation, le machinisme, les centres de production exemplaire comme Soliance, les technologies du futur et bien d’autres facette du développement économique de la région. La Foire sera une invitation pédagogique pour mieux comprendre cette réalité.

Pratiquant minimaliste des nuances, Bruno Forget voit ainsi l’avenir de la Foire de Châlons-en-Champagne : « A chacun son monument. Les Nancéens ont la place Stanislas, les Strasbourgeois la Cathédrale et nous la Foire. La différence est que notre foire est bien vivante ». Le Commissaire Général est catégorique : « L’agriculture de l’ACAL aura son siège social en Champagne-Ardenne ».

Le rendez-vous de la future ACAL

Bruno Forget a invité les Présidents des Régions Alsace et Lorraine, il a demandé aux institutionnels champardennais d’inviter les homologues alsaciens et lorrains. Tous les grands partenaires de la Foire vont également inviter leurs homologues alsaciens et lorrains. La Foire 2015 sera alors  le premier rendez-vous public des décideurs des trois régions : « Ce sera l’occasion pour les trois partenaires de l’ACAL de se découvrir et de s’apprécier. Toutes les manifestations de la 69e Foire seront aux couleurs des trois régions, sur les stands comme dans l’ensemble des rendez-vous que nous recevons dans nos salles de conférences. Plus que jamais, nos amis Alsaciens et Lorrains seront accueillis prioritairement ».

Jubilatoire, Bruno Forget exulte : « Communiquons ! Soyons heureux ! C’est bon pour la santé de notre territoire. Soyons fiers de notre territoire et la Foire est une bonne manière de le faire apprécier de nos voisins. La Foire va leur rappeler que nous existons et que nous serons, dès le 1er Janvier 2016, des partenaires à part entière ».

Restons cependant modérés. Bruno Forget adore la choucroute, mais il préfère le Champagne : « La future grande région ne nous empêchera pas de regarder vers la Picardie, le Nord-Pas-de-Calais et le Bassin Parisien. Nos voisins belges, luxembourgeois, allemands et anglais mériteront toujours tout notre intérêt.

L’avenir de Châlons-en-Champagne

Après un petit retour amer vers le passé : « Rien n’est fortuit. Ce qui arrive devait arriver. On a oublié, à l’époque, d’accompagner, d’anticiper. Tous les responsables et à tous les niveaux sont coupables de ce qu’est aujourd’hui Châlons. Cela fait des années que nous perdons des industries et des habitants », Bruno Forget lâche : « Créons une task force, un rassemblement de toutes les énergies pour lutter contre le déclin enclenché de Châlons. L’avenir, c’est de faire confiance aux jeunes. Châlons peut devenir ce que les Châlonnais voudront. Changeons de paradigme et pourquoi pas renversons les tables ».

Châlons, ex capitale de la Champagne-Ardenne ? « Châlons capitale, cela n’a pas empêché sa population de perdre 10 000 habitants en trente ans. Alors, à nous d’inventer l’avenir. Je ne veux pas être résigné. Je n’irai pas voir ailleurs. Je me battrai ici ». Des raisons d’espérer ? « Nous sommes descendus si bas qu’il nous est impossible d’imaginer pire ».

Soyez le premier à commenter "Bruno Forget: « Je me battrai ici ! »"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*