Reims: A.Robinet attaque les grands travaux

© Ville de Reims

Arnaud Robinet a présenté ce lundi l’état du projet de complexe ludique sur le terrain du SERNAM acquis le 11 septembre dernier à la SNCF. On savait depuis quelque temps que le Maire de Reims ne courrait pas le « Run in Reims » aux côtés de son principal opposant Eric Quenart mais on peut penser qu’il ne plongera pas non plus avec lui dans le grand bain le jour de l’inauguration de la nouvelle piscine olympique de Reims ! L’ancien premier adjoint d’Adeline Hazan n’a pas été ménagé lors d’un point presse ce lundi: « enfermement, obstruction…on pouvait s’attendre à une opposition plus constructive… » a notamment dit le Maire. Sous couvert de présentation du dossier SERNAM, c’est bien l’ensemble de projets du mandat en cours qui a été passé en revue donnant ainsi à Arnaud Robinet l’occasion de tacler l’ancienne équipe et de rappeler les incohérences, selon lui, du projet « Reims 2020 ». « on répare les errements ! » a-t-il ajouté.

Avant d’aborder le projet du complexe aqualudique, le Député-Maire a notamment évoqué le réaménagement de la place de l’Hôtel de ville et la rénovation du bâtiment, les travaux de voirie dont le budget a été multiplié par deux, l’embellissement des sites historiques et le changement des pavés de la Place d’Erlon. Il a aussi annoncé la rénovation future du musée de la rue Chanzy qui accueillerait l’espace Foujita.

Le dossier du jour était donc celui du SERNAM. La nouvelle Directrice Régionale de la SNCF était d’ailleurs présente aux côtés d’Arnaud Robinet pour confirmer que son groupe avait bien cédé à la Ville le terrain. Usant de son droit de priorité, la collectivité l’a acquis pour 20 millions €.  Montant confirmé par Maria Harti pour la SNCF.

Délimité par la place de la république, l’avenue de Laon, le bd Jules César, la rue de la justice et les voies ferrées, ce terrain de 6,7 hectares  recevra le futur complexe sportif, ludique et polyvalent ainsi qu’un programme de logements, bureaux et commerces. Il s’insérera dans un projet urbain Centre-Gare

La direction études et travaux de bâtiments travaille actuellement à la définition et au dimensionnement du futur complexe en prenant en compte les besoins des sportifs de l’agglomération, nageurs confirmés comme amateurs de détente : bassin olympique de 50 m avec 10 lignes d’eau, bassin d’échauffement d’au moins 25 m, une partie ludique pourrait offrir toboggans et rivières à contre-courant ainsi qu’un bassin extérieur (nordique) et des équipements de remise en forme (sauna, hammam…). Une patinoire à vocation ludique complèterait l’équipement. Le complexe comprendra une grande salle polyvalente qui accueillera de grands événements tels que congrès et manifestations sportives…

Le conseil municipal de ce 21 septembre 2015 a voté la délibération lançant le processus de démolition des bâtiments sur le site Sernam. Les études pour le projet urbain Centre Gare lancées cet été par une équipe pluridisciplinaire, réunie autour de l’urbaniste François Leclercq, vont permettre de définir la programmation des prochaines étapes. Le projet urbain Centre Gare a pour vocation de redessiner le centre-ville. Il a été lancé sur un espace délimité par la liaison Faucher/Belges, le site XIIe Escadre, l’échangeur Reims centre et le site Rive de Vesle. Dans ce périmètre, les secteurs opérationnels prioritaires ont été ciblés : Sernam, Tri postal et Boulingrin, ainsi que les Promenades avec le projet de Central Park. L’objectif de cette étude prospective d’envergure est de donner les moyens opérationnels à la collectivité de créer et d’organiser cette partie de ville, notamment au regard des équipements publics structurants envisagés : le complexe sportif, ludique et polyvalent mais aussi le Central Park, un pôle multimodal porté par Reims Métropole à proximité de la gare Reims Centre sur le site du Tri postal et la cité des services publics. Une chose est sûre: pour le Maire, « tout ce secteur sera transformé pour la fin du mandat« .

Le projet du complexe sportif se chiffrerait, selon Arnaud Robinet, à 80 M€. Une partie du terrain non occupé par le complexe pourrait être revendu.

 

Soyez le premier à commenter "Reims: A.Robinet attaque les grands travaux"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*