Reims: la ville où il fait bon respirer

Reims et Reims Métropole font partie des 25 territoires français reconnus pour leurs efforts en faveur de la qualité de l’air. La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal, l’a annoncé à l’occasion de la première journée nationale de la qualité de l’air du 25 septembre.

Reims et Reims Métropole, tout comme Epernay et Strasbourg pour le Grand Est, sont lauréates de l’appel à projets national « villes respirables en 5 ans » en présentant un ensemble de mesures concrètes prises dans de nombreux domaines de compétence des collectivités qui assurent le maintien de la qualité de l’air pour tous. Au total, 25 dossiers de groupement de collectivités ont été récompensés. Ils couvrent 735 communes et près de 15 millions d’habitants soit 24 % de la population française. Pour Reims et Reims Metropole, il s’agit de projets, inscrits dans le programme de l’équipe municipale actuelle, réalisables à court terme ou à l’horizon 2020 et qui prolongent les efforts déjà accomplis.

On y retrouve notamment:

  • l’organisation des déplacements multimodaux dans le centre-ville en relocalisant la gare routière Saint Symphorien pour mieux connecter les transports interurbains à l’offre de déplacements sur l’agglomération et limiter l’accès à des véhicules polluants dans une zone urbaine dense
  • Le pôle d’échanges multimodal à la gare de Reims Centre, offrant à l’usager le choix parmi une multitude de services à la mobilité
  • L’aménagement de la Coulée Verte et le projet de Central Park
  • Le développement d’un habitat énergiquement performant et peu émissif à l’échelle du territoire de Reims Métropole
  • Informer les habitants sur la qualité de l’air et mobiliser les services en cas de situation dégradée bien au-delà des obligations légales.

Les collectivités « Villes respirables en 5 ans » bénéficieront pendant 5 ans d’un appui financier et méthodologique de la part des services de l’État et de l’ADEME. Les actions proposées pourront être financée  jusqu’à un million d’euros maximum par lauréat. Des taux bonifiés pourront être alloués aux collectivités s’engageant dans la création d’une zone à circulation restreinte (ZCR), ou celles mettant en œuvre les actions les plus innovantes.

 

 

 

Soyez le premier à commenter "Reims: la ville où il fait bon respirer"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*