Armée et police pour la sécurité des fêtes à Reims

Une semaine après les attentats qui ont frappé Paris, Michel Bernard le Sous-Préfet de Reims, Catherine Vautrin Présidente de Reims Métropole et Arnaud Robinet le Maire de Reims ont annoncé ce matin le dispositif renforcé de sécurité qui est mis en place sur la ville.

Arnaud Robinet a commencé par rappeler que la ville est touchée par ces attentats puisque 5 personnes (une personne originaire de Reims vivant à Paris, deux étudiantes de NEOMA, un chauffeur de car de l’entreprise Regnault Autocars et le père d’un élève du collège Saint Joseph) en ont été victimes.

L’état d’urgence a été prolongé par un vote quasi-unanime de l’Assemblée nationale hier. Catherine Vautrin et Arnaud Robinet ont voté le texte. Catherine Vautrin a simplement regretté, mais sans vouloir en faire une polémique, le fait que les policiers municipaux ne puissent pas, dans ce texte, procéder à des contrôles d’identité.

En vigueur sur l’ensemble du territoire,  l’état d’urgence implique, pour Reims, un renforcement des mesures de sécurité en particulier autour du village de Noël qui ouvre ce soir. Pour le Maire, « une annulation aurait été un signe de victoire pour les terroristes« . Tout en respectant les victimes, le deuil de leur famille, »il faut que la vie continue« .

Toutes les mesures ne peuvent être rendues publiques. Mais ce qui a été annoncé indique l’extrême vigilance des autorités. Le 1er régiment d’infanterie de Sarrebourg vient renforcer les effectifs de la police nationale et de la police municipale. C’est une première pour l’armée qui assurait, jusqu’à présent, uniquement la surveillance statique devant les bâtiments sensibles dans le cadre du plan Vigipirate.

L’arrêt et le stationnement des véhicules légers dans le périmètre des festivités sera strictement interdit sous peine d’enlèvement immédiat. Toutes les rues menant au parvis de la cathédrale sont fermées à la circulation par des plots. Les livraisons seront limitées au créneau 6-11 heures. La station Taxi située rue Rockefeller sera relocalisée à proximité.

Place d’Erlon, la circulation sera interdite les samedis et dimanches de la rue Buirette (après l’entrée du parking) à la rue de Talleyrand (rue de l’Etape). L’entrée sur la place d’Erlon, par le boulevard Leclerc, sera placée sous la surveillance d’agents de la Police municipale. Les autres voiries desservant la place seront fermées par des systèmes de plots. Les accès pompier seront, bien entendu, préservés ainsi que les accès riverains. Ici aussi, les horaires des livraisons devront être impérativement respectés entre 6 h et 11 h. Il s’agit de limiter au maximum un contact entre véhicules et piétons, d’éviter la présence de véhicules suspects ou des tentatives d’intrusion dans les périmètres à risque.

Arnaud Robinet appelle à la vigilance et au civisme de l’ensemble des Rémoises et des Rémois afin de faciliter le travail des forces de l’ordre en charge de la sécurité de tous. En particulier, le Maire de Reims demande à la population de ne pas participer au rassemblement envisagé dimanche ni d’ailleurs à des rassemblements non nécessaires. Comme l’a rappelé le Sous-Préfet de Reims, ce type de rassemblement peut constituer une cible et fixe des forces de l’ordre déjà totalement mobilisées par ailleurs.

Le dispositif n’est bien sûr pas limité au seul village de Noël. Les établissements publics, les établissements scolaires font également  l’objet de mesures de surveillance.

Pour l’heure, les prochains matchs prévus à Delaune ne sont pas annulés mais il n’y aura pas de supporters des visiteurs en tribune.

Les numéros à contacter

Pour toute urgence concernant la sécurité des personnes, contacter la Police nationale au 17

Pour les problèmes concernant le domaine public (stationnement, circulation) contacter la police municipale Tél. 03 26 77 74 55.

Soyez le premier à commenter "Armée et police pour la sécurité des fêtes à Reims"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*