CATHERINE VAUTRIN, Présidente de Reims Métropole

Avec le Grand Reims, la nécessité de développer un bassin de vie

Où en sommes-nous dans le processus d’élaboration de la Communauté urbaine du Grand Reims ?

A ce stade, il y a eu la carte proposé par le Préfet, le 12 Octobre dernier, carte qui regroupait Châlons-en-Champagne et Reims. Une grande majorité des communes autour de Reims s’est prononcée contre cette carte. Cette majorité a préconisé un regroupement des 8 Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) autour de Reims, ce qui représente 144 communes. Les 9 EPCI, dont Reims Métropole, ont été entendues au mois de Décembre, par la Commission Départementale de Coopération Intercommunale.

Nous avions initialement apporté deux conditions à cette carte : que le Pôle de compétitivité IAR soit inclus dans l’espace rémois et que la Communauté de communes Champagne Vesle soit incluse dans ce même périmètre. Or, ces éléments ne figuraient pas sur la carte proposée par le Préfet. Cette situation a alerté des communes proches de Reims, absentes de cette carte.

En quoi le Grand Reims est-il préférable au regroupement avec Châlons-en-Champagne ?

Avec les communes environnantes, nous avons fait le choix d’un bassin de vie et pour des raisons basiques, comme celle-ci : les enfants de ces communes sont majoritairement scolarisés à Reims. Et ce n’est pas la seule raison.

Quel calendrier pour aboutir à ce Grand Reims ?

Nous allons passer par des amendements à la carte proposée venant des communautés de communes qui veulent constituer ce Grand Reims. Ces amendements seront votés en Commission départementale de coopération intercommunale, probablement après les vacances de Février. Le nouveau Préfet de la Marne aura, ensuite, la responsabilité de signer cette nouvelle carte.

Quelle  place dans cet ensemble pour les communes de ce futur Grand Reims ?

Le Grand Reims va compter 290 000 habitants, avec des petites communes qu’il nous faut entendre. Chaque commune aura son mot à dire. Chaque commune siègera dans cette nouvelle instance.  Nous travaillons à la gouvernance de ce Grand Reims, évidemment en parfaite adéquation avec ce que la loi préconise en la matière. Le Grand Reims devra être opérationnel le 1er Janvier 2017. Nous avons donc toute l’année 2016 pour aboutir.

Quelles priorités pour le Grand Reims ?

Elles sont à définir par la nouvelle structure : économie, logement, transport dont des négociations importantes avec la SNCF …  Beaucoup de sujets seront à aborder et à régler.

Que devient le fameux G3 ?

Il faut remarquer qu’a priori Epernay n’avait pas l’intention de se joindre à Reims et Châlons-en-Champagne. Je comprends la réaction de Châlons-en-Champagne qui était favorable à un regroupement avec Reims, tel qu’il figurait sur la carte projetée par le Préfet. Quoi qu’il arrive, la loi fait de Châlons-en-Champagne une communauté urbaine.

Entre nos trois villes, il existera toujours une nécessité de collaborer sur les grands dossiers. Nous avons de sujets communs, ne serait-ce que le pari du végétal avec Châlons-en-Champagne. Nous ne jouerons jamais les uns contre les autres. A la place d’une intégration, nous mettrons des accords de coopération. Nous avons besoin de regarder, tous les trois, vers la même direction : le développement de nos trois territoires.

Les forces et les faiblesses du Grand Reims ?

La situation économique est globalement bonne, plusieurs indicateurs le prouvent. J’insiste sur notre position géostratégique favorable entre l’Est et le Bassin Parisien qui est pour nous une force. A contrario,  le devenir de l’Université reste un problème, surtout si l’on compare son poids à ceux de la Lorraine et de l’Alsace.

L’enjeu est majeur. Je pense aussi aux services de l’Etat ou de la Région qui migrent, en partie, vers l’Est de la grand région. Cela ne nous empêche pas de militer pour une Université forte et attractive porteuse d’un projet scientifique fort, comme nous militons pour la construction du CHU, en parallèle à celle de la nouvelle clinique de Bezannes.

2016 sera une année charnière pour la construction de la grande région comme pour celle du Grand Reims. Efficacité, proximité et qualité des services pour tous, grandes villes comme petites communes, voilà mes vœux pour ces deux projets en marche. Mes vœux et ma mission à mon niveau.

Soyez le premier à commenter "CATHERINE VAUTRIN, Présidente de Reims Métropole"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*