Reims, la ville qui s’porte bien !

« Le sport pour tous » et presque partout, c’est l’ambition d’Arnaud Robinet. Le Maire de Reims, entouré des élus en charge de ces dossiers, a fait ce jeudi le point de sa politique en la matière, avec plusieurs annonces et quelques mises au point.

Les équipements et les sites

Si le complexe aqualudique (piscine et patinoire) est bien évidemment le projet phare de l’équipe municipale à horizon 2020, deux sites ont été évoqués:

Le Parc de Champagne

Déjà site d’accueil des évènements sportifs les plus variés : Défi nature, Tous en selle, Jumping international, Cross, le Parc de Champagne va retrouver sa vocation sportive. Tout en conservant  les espaces dédiés à la promenade, la ville va installer des aménagements spécifiques pour encourager la « pratique individuelle et sans contraintes ».  Course à pied, course d’orientation, marche, grimpe, jeux collectifs, pratiques douces, rugby à 7…toutes ces activités vont trouver une place sur une partie des 22 ha du site. Une boucle de 2 km  (course à pied ou marche)  et un parcours d’activités seniors « connectés » avec Flashcodes à certains emplacements permettant d’obtenir sur son Smartphone aussi bien des informations sur les différents parcours que des propositions d’exercices (schémas, vidéos) ou des conseils d’’entraînement vont être mis en place. Les 3-6 ans accéderont à des parcours permanents, acrobatiques et de grimpe hautement sécurisés. Les 6-10 ans disposeront d’un espace permanent sans baudrier de 300 m² à 2 mètres du sol avec cabane centrale et tyrolienne. Un espace bitumé existant, vestige de court de tennis, sera dédié aux jeux collectifs et principalement à la pratique du basket. Un espace situé près du jardin de simples accueillera les pratiques douces : yoga, gym, tai-chi, etc. Enfin, « le parcours des champions », exposition permanente installée autour de l’ancien collège d’athlètes, remémorera les champions rémois du siècle passé.

La coulée verte

Pratiquer une activité physique ou se lancer, de façon ludique et agréable, voici ce qu’offriront bientôt les nouveaux aménagements sur la Coulée verte. Cinq parcours de 2 à 10 km, adaptés à toutes les motivations et toutes les conditions physiques, agrémentés d’aménagements favorisant l’activité physique de manière ludique, inviteront tous les publics, familles, marcheurs ou coureurs, à bouger. Tous formeront une boucle au départ du pont de Vesle, point central, dans le prolongement des Promenades. Les parcours mèneront à 4 sites aménagés sur la Coulée verte et dotés d’équipements, sportifs ou de confort : parc St Charles, secteurs Roseraie et pont de Vrilly-St Léonard, ainsi que dans le parc de Taissy.

Le sport – évènement

Zumba Géante

A côté des évènements majeurs et installés dans le paysage sportif rémois, comme le Jumping international, le FISE dédié aux sports extrêmes, les courses sur route d’octobre, de nouveaux rendez-vous comme Equis ont vu le jour avec succès en 2016. La volonté d’Arnaud Robinet est bien de développer ces grands temps forts de la vie sportive rémoise. Deux d’entre eux marqueront la rentrée: sur fonds de rythmes latinos, une zumba géante le 3 septembre à 17h 30 sur le parking Nautilud et « Pratik Sport », une nouvelle version de la fête du sport le 4 septembre. De 10 heures à 18 heures, sur le parking Nautilud, ainsi que dans le parc Léo Lagrange, sur la Coulée verte et sur le canal, les clubs proposeront une trentaine d’activités de plein air: dragonboat, ultimate, geocaching, streetgolf, footgolf, roller, tir à l’arc, canoë-kayak, sports zen. C’est promis, il y en aura pour tous les goûts.

Run in Reims

On ne pouvait, bien sûr, parler de « Sport-évènement » sans parler du Run in Reims. Arnaud Robinet a confirmé qu’il aurait bien lieu. Ce sera le 9 octobre et, à la suite d’appel d’offre, c’est bien ASO, Amaury Sport Organisation, qui en sera l’organisateur. Un 10 km convivial largement ouvert aux amateurs locaux, un 21 km roulant, propice aux performances et un marathon dédié à la découverte de Reims et du vignoble sont désormais proposés. Le Maire est revenu sur le coût de la manifestation. Nous en reparlons au chapitre des mises au point.

La coupe du monde de football féminin

Elle se déroulera en 2019. La France est le pays d’accueil désigné en 2015. Reims est, comme 11 autres villes, candidate à l’accueil de matches ou d’équipes. 9 seront retenues par la FFF en février 2017. Dès septembre 2016, les responsables du dossier à la FIFA visiteront les sites proposés. Arnaud Robinet est confiant après avoir défendu récemment le dossier avec Bernard Landureau, son adjoint aux sports. Le Maire a d’ailleurs annoncé qu’il a fait part aux autorités de la Fédération de son souhait de voir organiser à Delaune le « match du centenaire » qui marquera le 100ème anniversaire du premier match de football féminin disputé en France.

Des mises au point

Sur l’Euro 2016

Les forces de l’ordre doivent être mobilisées sur les villes d’accueil. Le Ministère de l’Intérieur a donc demandé aux Maires de ne pas organiser de rassemblement avec écran géant dans des espaces non clos. La soirée du match d’ouverture le 10 juin au Parc des expositions de Reims est organisée par la Française des Jeux. En revanche, si l’installation des écrans géants est terminée, le Maire espère pouvoir organiser deux soirées (demi-finale et finale) à Delaune.

Run in Reims

Il coûtera 300 000 € de plus. C’est, pour Arnaud Robinet, le coût généré par la procédure d’appel d’offre lancée à la suite du recours déposé par Eric Quenart, le « patron » de l’opposition municipale. Deux candidats ont déposés un dossier : ASO qui a été retenu et la Fédération française d’athlétisme en partenariat avec l’ESFRA ( Entente sportive Family-Stade de Reims Athlétisme). Il aurait été demandé trois fois des précisions à la Fédération. Sans réponse satisfaisante, la commission d’appel d’offre, dans laquelle le Maire a tenu à rappeler qu’il ne siège pas, a jugé la candidature irrégulière.

Le départ de Mahiedine Mekhissi

Mis en cause par le Président du club d’athlétisme qui reproche à la Ville la baisse de son soutien financier, Arnaud Robinet a laissé entendre qu’il fallait plutôt chercher du côté des relations difficiles entre l’athlète et son président les vraies raisons du départ du spécialiste du 3000 mètres steeple et du 1500 mètres.

Une académie de boxe

Elle sera crée à l’automne au sein du gymnase Géo André. Cette association a pour objet, au-delà de la pratique et de l’organisation de manifestations, l’insertion sociale et professionnelle par le biais du sport. Grâce à l’expérience et à la crédibilité de ses membres, cette académie, située à proximité du Creps, de l’Université et demain, des Staps, ambitionne d’inciter à la pratique de la boxe un maximum de Rémoises et de Rémois, tout en ouvrant ce sport au monde de l’entreprise et aux étudiants.

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter "Reims, la ville qui s’porte bien !"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*