Le Grand Est fait sa rentrée à Châlons

La journée de dimanche était « la » journée de la région, la nouvelle, c’est à dire le Grand Est.

La journée a commencé par le dévoilement du nouveau logo de la collectivité territoriale issue de la fusion en début d’année de l’Alsace, de la Lorraine et de la Champagne-Ardenne. De nombreux conseillers régionaux entouraient le Président Philippe Richert pour découvrir cette nouvelle identité « une identité commune qui conserve le nom des trois anciennes régions, un héritage des identités de chacun et qui marque la volonté de travailler ensemble« . A ceux qui voient une nouvelle source de dépense, le patron de l’exécutif régional fait observer qu’aucune agence n’a été consultée et que la réalisation a été faite en interne avec un objectif de visibilité et de lisibilité. Chacun jugera du résultat.GRANDESTLOGO

Peu après, Philippe Richert a fait sa rentrée politique. Au cours d’un discours de près d’une heure devant de nombreuses personnalités, dont l’ancien et dernier Président de la région Champagne-Ardenne Jean-Paul Bachy, le Président du Grand Est a fait un rapide bilan de son action depuis la réforme territoriale, rappelant qu’il veut une « relation de proximité et de confiance avec les habitants du territoire« . Le Conseil régional ne doit pas être « une tour d’ivoire mais une collectivité en mission« . Ces premiers mois qui ont été marqués, donc, par la mise en place de l’organisation institutionnelle multi-sites, avec trois Maisons de la Région à Strasbourg, à Châlons-en-Champagne et à Metz et l’annonce de la création des 12 agences territoriales.

« Tout reste à faire« : on ne peut être plus clair ! Car il faut, au terme de cette période transition, que des politiques communes viennent remplacer les anciens dispositifs avec les priorités que sont l’emploi, l’avenir des jeunes, la compétitivité, l’innovation et l’internationalisation.

Philippe Richert a voulu aussi démontrer que son action n’est pas que prospective.

En réponse à la crise agricole « la plus grave depuis une quarantaine d’années« , le Président du Grand Est a annoncé la mise en place d’un fonds d’urgence. « Il faut apporter des solutions  et définir de nouvelles orientations pour les années et les décennies à venir« . Un appel à une politique offensive accompagné du regret, au passage, d’avoir un Ministre de l’Agriculture aux « abonnés absents« . Le message ne pouvait qu’être entendu au sein de la Foire de Châlons, second rendez-vous agricole français après le salon de l’Agriculture et auquel à cette heure, Stéphane Le Foll n’a pas prévu de se rendre.

Soyez le premier à commenter "Le Grand Est fait sa rentrée à Châlons"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*