Reims: vendange d’un cépage disparu

Reims possède la plus vieille vigne de raisins blancs de France ! La vendange des grappes de verjus, un cépage de référence en gastronomie au
Moyen-Age, s’est déroulée ce jeudi.

Les jardiniers de la ville de Reims bichonnent ces pieds datant du 17e siècle, grâce aux précieux conseils de l’Union des œnologues. Les grappes fraîchement vendangées ont été pressées sous les yeux des spécialistes œuvrant à la renaissance de cette vigne cultivée à l’abri du temps dans l’enceinte de l’ancien Collège des Jésuites, devenu le campus de Reims Sciences Po. Spécialistes du patrimoine et de la vigne étaient présents pour assister à la vendange d’une trentaine de grappes à l’histoire exceptionnelle, dont certaines avoisinent les 2 kg. Philippe Mille, chef étoilé des Crayères, a réalisé des tests culinaires à partir de ce verjus.
L’authentification du cépage des vignes de l’ancien Collège des Jésuites a été scellée en 2012 par l’Institut français de la vigne et du vin, après une analyse génétique des pieds rémois plusieurs fois centenaires. Une révélation extraordinaire alors que ce cépage était tenu pour disparu et que l’on croyait cette vigne venue d’Ashkelon (Palestine). Après ce tournant scientifique, cette première vendange est le fruit d’efforts collectifs pour redonner vigueur à ces pieds. La ville de Reims, l’architecte des Bâtiments de France et l’Union des œnologues ont uni leurs compétences via une convention de partenariat. A côté d’un entretien supervisé par l’excellence de la profession, un programme de recherches scientifiques a été mené en collaboration avec l’institut français de la vigne et du vin.

Ces pieds, plantés par les Pères Jésuites du Collège de Reims, ont aujourd’hui plus de 300 ans. Il subsiste six pieds d’origine dont trois situés dans la cour d’honneur de l’ancien Collège. Très robustes et possédant des racines s’enfonçant à plus de dix mètres de profondeur dans le sous-sol crayeux, les vignes ont résisté à l’épidémie de phylloxéra du début du 20e siècle. Les grappes sont fréquemment très grosses : jusqu’à 2,8 kg. Selon de nombreux écrits du Moyen Age, le verjus est un cépage qui servait principalement à élaborer des sauces, d’où la curiosité du chef Philippe Mille. Une tentative de vinification du jus obtenu sera aussi menée par les œnologues. En 1921 et 1933, les vignes de l’ancien Collège des Jésuites ont été classées au titre des « Monuments historiques » en même temps que l’essentiel des façades de cet ensemble architectural datant du 17e siècle et restauré il y a peu par la ville de Reims.

La  vendanged’hier en chiffres:

–          Environ 50 Kg de raisin qui ont permis de récolter une vingtaine de litres de jus

–         Jus titrant 9,1° potentiel, assez proche des moyennes champenoises. Le raisin était joliment très mûr, avec des notes d’ananas frais et de pomme rouge.

 

Photo: © Direction de la Communication Ville de Reims

Soyez le premier à commenter "Reims: vendange d’un cépage disparu"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*