Budget: les CCI demandent du temps

Sauf imprévu, les CCI doivent s’attendre à une baisse de leurs recettes en 2018.Le gouvernement prévoit de réduire le versement de la TFC (Taxe pour frais de Chambre) de 17 %.

Jean-Paul Pageau, le Président de la CCI Marne-en-Champagne, s’il comprend la volonté du Président de la République de réduire la dépense publique, demande, en revanche, comme tous ses collègues, que cette mesure soit étalée dans le temps. Pour la Chambre marnaise, si la mesure est appliquée dès 2018, cela revient à amputer immédiatement son budget d’environ 1 million €.

Jean-Paul Pageau explique que l’on peut rationaliser, mutualiser « mais cela a des limites« . Il s’interroge sur la façon de poursuivre ses missions de conseil et d’aide aux entreprises. « 32 000 services rendus chaque année !« . Sous le mandat de François Hollande, les fonds de roulement des organismes consulaires avaient déjà été amputés arbitrairement (pour la Marne une somme de 10 M€ !), « un hold-up » avait à l’époque dit Jean-Paul Pageau. Cette fois, c’est différent, il s’agit de participer à l’effort collectif. Le Président de la Chambre dit « d’accord mais avec un étalement sur 5 ans ». Avec son Directeur Général, Philippe Wittver, Jean-Paul Pageau rappelle que la masse salariale des Chambres de Commerce du département a déjà été réduite de 32 % en 3 ans et qu’à force de réduction, « on n’aura pas plus la taille critique » pour des missions importantes pour l’économie du territoire (aménagement, formation…). Un rapprochement avec les Chambres des Métiers pourrait être envisagé car « il y a une grande quantité de doubles inscrits » mais en revanche pas question d’une fusion dans une seule CCI de région  » Nous sommes très attachés à notre indépendance et le bilan d’activités des 50 dernières années des CCI de la Marne est très bon » .  Pour poursuivre les efforts et anticiper cette nouvelle réduction des budgets, Jean-Paul Pageau confirme la mise en vente des sièges de la CCI à Châlons et à Reims. Sur ce dernier site où se trouvent, à la fois,  le prestigieux Hôtel Ponsardin et un immeuble de bureaux rue des Marmouzets, un appel à candidature a été lancé par l’intermédiaire d’un notaire et le résultat devrait être connu en février 2018. La Chambre en espère 8 M€. Le produit de ces cessions doit permettre à l’organisme consulaire de se désendetter mais aussi de poursuivre ses investissements et en particulier ceux prévus pour le nouveau campus de NEOMA « un signal très attendu » pour le dynamisme économique de Reims.

Plus généralement, les dirigeants de la CCI veulent aussi connaître les règles du jeu ou que celles-ci soient plus stables. C’est l’une des conditions pour que les « missions de service public » des Chambres  puissent continuer à être assurées.

 

 

1 Commentaire(s) a propos du sujet: "Budget: les CCI demandent du temps"

  1. La procrastination est la religion de l’administration française. Toujours remettre les réformes à plus tard et pour les autres. Toujours maintenir les privilèges de certains au mépris de l’intérêt général. Les sénateurs de droite qui soutiennt les cci, hier ces sénateurs soutenaient la réforme Fillon et aujourd’hui sont les complices de la gabegie budgétaire. Aucune conviction, des girouettes de compétition.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*