Michel-Edouard Leclerc: « Je viens au service de NEOMA »

Le Président des Centres Leclerc a succédé à Yves Bénard à la Présidence de NEOMA en janvier dernier. Ce mardi, il était sur le campus de Reims à la rencontre de l’équipe pédagogique, des étudiants et de la presse.

Pourquoi avoir accepté ce mandat ?

L’emblématique patron de la grande distribution raconte sa rencontre au cours de deux déjeuners « passionnés » avec Paul-François Vranken ( qu’il côtoie aussi dans la fondation « HELENE ET EDOUARD LECLERC POUR LA CULTURE » en Bretagne), Yves Bénard et Jean-Paul Pageau.  L’entrepreneur breton se retrouve bien dans cette mission « de faire passer ou d’aider les passeurs« . Il rappelle d’ailleurs qu’il a siégé dans une commission consacrée au développement des universités et au sein de la commission Attali qui préconisait la création de dix pôles universitaires d’excellence.

Où en est NEOMA ?

Il ne s’agit pas de parler des classements mais plutôt de faire un premier état des lieux. « L’école a un super parcours. C’est une belle école avec une bonne équipe dont tous les acteurs sont des challengers ». Pour Michel Edouard Leclerc, la phase de fusion (Rouen & Reims) est terminée et une nouvelle phase, correspondant à la mise en place de la nouvelle entité juridique ( NEOMA est depuis le 1er janvier un Établissement d’Enseignement Supérieur Consulaire -EESC) plus adapté au financement et aux ambitions du groupe, commence. L’arrivée d’un nouveau Président au profil reconnu de développeur coïncide avec cette nouvelle étape.

Que vient-il faire ou que veut-il faire ?

Michel-Edouard Leclerc précise d’emblée qu’il est dans une phase « d’absorption de toutes les informations« . Donc, il ne faut pas attendre de lui des considérations générales sur le monde des Business Schools.  « Je ne viens pas me substituer aux équipes en place , ni m’impliquer dans les contenus pédagogiques. Je veux être un Président influenceur mais d’abord à l’écoute puis co-développeur du projet . Je viens au service de NEOMA. C’est un engagement ». Il dispose d’un premier mandat de quatre ans dans lequel il espère faire monter l’école dans le groupe de tête (le top five des Business Schools françaises lui irait bien). « Il faut définir un projet de contenus pour faire venir les étudiants les plus motivés et les meilleurs professeurs du monde« . Delphine Manceau, la nouvelle Directrice Générale de NEOMA (que Michel Edouard Leclerc a connu à l’ESCP-Europe à Paris dans le cadre de la chaire d’enseignement financé par son enseigne) est là pour piloter l’ensemble. Le Président entend, pour sa part, « ajouter des relais » et « aider à élaborer un champ de vision« . C’est ici qu’il considère que son expérience à la tête de son groupe peut être utile. « J’apporte l’expérience d’un secteur en pleine mutation impacté comme tous les autres par l’arrivée massive du digital dans les circuits de distribution« . Le secteur de l’éducation se digitalise avec l’émergence des MOOC (Massiv Open Online Courses. En français, cours proposés par des écoles et des universités accessibles à tous sur Internet.). NEOMA est déjà, elle-même, très bien positionnée dans le domaine de l’ apprentissage par la réalité virtuelle (le premier en France).  Pour autant, Michel Edouard Leclerc entend différencier l’école en associant le digital à l’humain. « il faut des têtes bien faites, c’est l’ADN de NEOMA ».

Leclerc et NEOMA

Pas question de « leclerisé » l’école: l’expression est martelée à plusieurs reprises. Au contraire, Michel-Edouard Leclerc eut donner « confiance à d’autres grands opérateurs pour venir à NEOMA » comme le veut aussi Philippe Houzé, le patron des Galeries Lafayette, lui-même, Président d’une Business School (ESCP).

Et Reims ?

Avant d’aborder la question du nouveau campus, le Président de NEOMA précise qu’il faut à la fois « rayonner à l’international mais aussi rester ancrer en local ». Élément d’autant plus important que les collectivités sont aussi des financeurs et que la fusion des écoles de Reims et de Rouen avait pu donner le sentiment d’une perte d’influence de Reims !. La question rémoise est donc celle du nouveau campus. Le Président confirme son implantation dans le quartier du Port Colbert, « un quartier en devenir » pour accueillir ce campus « qui doit avoir une âme« . Rendez-vous est donné en 2021 pour l’inauguration.

 

Photo Michel-Edouard Leclerc Président et Delphine Manceau DG NEOMA BS © refletsactuels.fr

Soyez le premier à commenter "Michel-Edouard Leclerc: « Je viens au service de NEOMA »"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*