L’Opéra: scénario pour une renaissance

Bouygues Immobilier va concevoir et réaliser sur le site du cinéma Opéra à Reims un ensemble unique, respectueux du patrimoine rémois.

Toute une histoire

C’est en 1912, que Messieurs Joyeux et Verbiest décident de construire dans leur immeuble du 9-11 rue de Thillois une “salle de représentation cinématographique”. Ainsi naît l’AÉRO PALACE, en hommage à l’aviation si présente dans Reims en ce début de siècle. Moins de six ans après, la ville n’est que ruines et le cinéma n’a pas été épargné. Pendant trois ans, les propriétaires, qui ont construit une salle très provisoire, projetteront chaque soir plusieurs films. Dans le plan de reconstruction, une rue Théodore Dubois est ouverte pour faire le lien entre la rue de Vesle et la Place d’Erlon. Et c’est en 1922 que commence la construction, aux 9-11 rue de Thillois, de la nouvelle salle; un chantier de grande ampleur qui devient le symbole de la renaissance de la ville. A peine un an plus tard, le 27 janvier 1923, a lieu la soirée d’inauguration au cours de laquelle les invités découvrent cette façade qui devient dès lors emblématique de la présence de l’Art Déco à Reims.

Jusqu’en 1957, la salle est exploitée par la société new-yorkaise PARAMOUNT. Il faut attendre 1975 pour que l’idée d’un complexe cinématographique de cinq salles voit le jour. Le 6 février 1981, la façade Art Déco, rue de Thillois, est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). Depuis près d’un siècle, elle éblouit les badauds et fait face aux Quatre Saisons. Mais elle se dégrade progressivement et, selon les spécialistes consultés, requiert désormais une consolidation urgente.

L’Opéra devient progressivement un cinéma labellisé “Art & Essai” apprécié des cinéphiles laissant les “blockbusters” au Gaumont de la Place d’Erlon et dans les années 2000, au complexe du Parc Millésime de Thillois auquel le propriétaire, Jean-Fabrice Reynaud, sera associé. En 2015, ce passionné de cinéma (l’un des rares propriétaires indépendants de cinéma en France), devant les coûts et l’ampleur de la tâche, imagine un projet pour sauver ce bâtiment “patrimonial”. Il met l’ensemble en vente et conçoit l’OPERAIMS, un nouveau complexe à la place des GAUMONT Centre-ville. Le projet proposé par BOUYGUES IMMOBILIER le convainc que “son” patrimoine, qui est aussi celui des rémois, sera préservé.

Construire le futur dans le respect du passé

Johnny HUAT, Directeur de l’Agence Champagne pour la société BOUYGUES IMMOBILIER à Reims, nous dit : “Pour nous, c’est un site emblématique de par son emplacement et sa façade inscrite. On peut créer un nouveau projet et en même temps valoriser le patrimoine rémois, ce qui est aussi notre métier. Le promoteur n’est pas qu’un constructeur de neuf. Il apporte une vraie valeur ajoutée en prenant en compte le patrimoine mêlant histoire et modernité”.

Conserver cette façade et la rénover afin qu’elle puisse perdurer, au sens archéologique du terme, était l’objectif premier.

D’autre part, réaliser une accroche commerciale au pied de l’immeuble est très valorisante pour le projet mais aussi pour l’environnement. ”La surface disponible est d’environ 1 000 m² divisibles, nous sommes à proximité de la rue de Vesle, sur un site très demandé, nous devons donc être exigeants”.

Enfin, troisième volet du projet, les logements dans les étages supérieurs réalisés sous la marque BOUYGUES IMMOBILIER PREMIUM ; il s’agit d’un ensemble d’appartements haut de gamme avec une clientèle à la recherche d’un produit qui n’existe pas aujourd’hui. “La particularité de ce site c’est qu’il n’a pas d’égal aujourd’hui en termes d’emplacement et de rapport qualité/prix. Il n’y a pas d’opération similaire sur Reims” s’enthousiasme le Directeur de l’Agence Champagne BOUYGUES IMMOBILIER. Accessibles par la rue de Thillois, les logements proposés se ventileront du studio au T5 et pourront être personnalisables en fonction des demandes. Bénéficiant d’un niveau de réalisation de très haut de gamme, ils seront 100% ‘intelligents’ car intégrés d’une domotique pilotable depuis son smartphone. Au dernier étage, un 5 pièces bénéficiera d’un “rooftop” avec vue exceptionnelle sur l’église Saint-Jacques et la cathédrale. Les appartements devraient être commercialisés à un prix moyen aux alentours de 5.000 € le m², stationnement en sous-sol inclus.

De la haute couture

Voici le projet qui donnera un nouveau visage à une partie du centre-ville et pour respecter cette volonté première d’être en adéquation avec l’histoire du site, “nous avons coconstruit” avec notre architecte Humbert Di Legge en charge du projet neuf, un architecte du patrimoine Rodolphe Gissinger et également avec les services de l’urbanisme et les Architectes des Bâtiments de France (ABF). Si la façade du 9 rue de Thillois est classée, ce n’est pas le cas de celle du 13 qui sera toutefois également conservée pour préserver l’homogénéité architecturale de cet ensemble. Depuis le 13 s’effectuera l’entrée du parking qui accueillera deux niveaux de stationnements en sous-sol. Enfin, pour clore le volet ‘conservation’, l’ancien « foyer » du cinéma sera également préservé et rafraîchi [« Magnifique » disent ceux qui ont encore pu le visiter]. Johnny Huat explique que « Côté rue de Thillois, on restera dans l’histoire et l’empreinte de la ville, alors que la rue Théodore Dubois sera représentative du neuf intégré à l’environnement. Ce fut un travail de très longue haleine qui a nécessité de très nombreux échanges entre partenaires pour aller au plus loin dans les détails. »

Dans leurs bureaux du quartier du Clairmarais, les collaborateurs de l’agence BOUYGUES IMMOBILIER travaillent sur ce projet avec enthousiasme et fierté. Leur Directeur explique qu’ « avec ce projet, nous faisons de la haute couture. Nous redonnons vie à ce lieu emblématique, la démarche est importante pour une équipe essentiellement locale, attachée comme tous les rémois à ce patrimoine »
L’Opéra un siècle après

Depuis quelques jours, le projet est officiellement lancé. C’est le temps fort de l’année 2018 pour l’agence champenoise de BOUYGUES IMMOBILIER. Que les cinéphiles se rassurent, ils pourront encore découvrir leurs films dans les salles de l’Opéra jusqu’au moment où celles de la Place d’Erlon seront inaugurées en fin d’année.

2019 marquera vraiment le début du chantier. Avec 34 logements, 140 m² de bureaux et 1 000 m² de commerces, c’est certes, en volume, une petite opération mais à réaliser dans un milieu très dense, dans des rues étroites en plein centre-ville.

Les Rémois découvriront alors leur patrimoine préservé et seront probablement rassurés quant à la conduite de ce projet assuré par BOUYGUES IMMOBILIER. Ce promoteur immobilier national bénéficie déjà d’un taux de satisfaction élevé auprès des rémois qui ont déjà investi et habitent des résidences réalisées par BOUYGUES IMMOBILIER.
La signature « PREMIUM » adossée à ce programme est exceptionnelle et répond à des critères stricts. Il s’agira du deuxième programme immobilier français à pouvoir bénéficier de cette signature [le premier étant à Neuilly sur Seine sur l’île de la Jatte].

Quant à l’histoire, elle reprendra son cours car le nouvel ensemble aura pour nom “l’Opéra”. Une renaissance !

Soyez le premier à commenter "L’Opéra: scénario pour une renaissance"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*