L’institut de Biotechnologies Jacques Boy voit l’avenir avec confiance

Après une longue période d’incertitude, et un an après la tant attendue validation du remboursement par la CNAM de son test de génotypage fœtal Rhésus D, le fabricant rémois de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro regarde l’avenir avec confiance. Au-delà des espérances, le succès commercial de son innovation majeure le met dans une situation financière plus que saine et lui permet d’investir dans de nouveaux projets d’innovation, toujours autour du suivi de la grossesse.

Après des années de recherche et développement financées largement sur fonds propres mais aussi grâce à une avance remboursable de BPI France, le «Free DNA Fetal Kit RhD » de l’industriel rémois faisait l’unanimité des experts, validé par la HAS (Haute Autorité de Santé Publique) et le Collège National des Obstétriciens. Pourtant, il a fallu 10 ans pour obtenir enfin, le 1er juillet 2017, la confirmation de son remboursement par la CNAM. Cette décision permet désormais de faire des économies de santé publique indéniables, tout en rassurant les futures mamans « Rhésus nég. » qui voient le suivi de leur grossesse allégé ou dont le traitement sera plus ciblé.

Les 15 collaborateurs situés au pôle technologique Farman à Reims peuvent souffler. Le Dr Marc Menu, PDG, peut se féliciter des efforts réalisés pour maintenir les emplois et l’implication des équipes. Un an après en effet, les résultats sont enthousiasmants : +70% de CA global, 2,9 millions au total, dont 45% grâce à la vente de ce kit inédit au monde. Aujourd’hui à un tournant majeur de son histoire grâce à ce succès commercial et au développement de sa clientèle, l’entreprise structure son réseau de distribution en France et en Europe et travaille avec ses chercheurs au développement d’autres projets, en collaboration avec des centres de recherche internationaux comme le pôle scientifique et technologique de Paris-Saclay.

 

Photo Marc Menu, PDG Institut Jacques Boy © IBJB

Soyez le premier à commenter "L’institut de Biotechnologies Jacques Boy voit l’avenir avec confiance"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*