La première pierre du complexe aqualudique de Reims

C’est avec une émotion évidente qu’Arnaud Robinet, le Maire de Reims, a ouvert la cérémonie de pose de la première pierre du futur complexe aqualudique de Reims. Un projet dont l’inauguration est prévue en 2020.

Arnaud Robinet a rappelé que c’était « le projet de ce mandat » porté depuis 2014 par lui-même et Catherine Vautrin, Présidente de Reims Métropole à l’époque. Ce n’est donc pas seulement un projet « Reims Grand Centre » mais un projet de ce qui est aujourd’hui le « Grand Reims ». Les critiques n’ont pas manqué à l’origine alors que le site envisagé était en friche depuis des années et que Reims ne disposait même plus d’une piscine olympique. Il a fallu, a dit Catherine Vautrin, la volonté d’arrêter la machine à « c’est pas possible« , avec , en premier lieu, une priorité celle d’exercer un « droit de priorité » sur le terrain. Les treize maires unanimes de la Métropole  ont tout de suite apporté leur soutien à ce projet pourtant situé en plein coeur de Reims mais qui bénéficierait à tous. Souvent, ce type d’équipement est construit hors des centres-villes dans des zones commerciales de périphérie. Comme l’a souligné l’architecte c’est un choix audacieux, celui de mixer développement urbain et sport en ville. Une ambition très forte soulignée par le Préfet de la Marne rappelant que face à de tels projets, « la sagesse est souvent de ne pas commencer !  » .

La pose de la première pierre était manifestement, ce mercredi matin, un événement qui marquera l’histoire de la ville et d’un territoire à l’unisson, qu’il s’agisse du département ou de la région Grand Est, d’une ville qui « se renouvelle et qui bâtit« .

Conçu pour répondre aux besoins des publics très divers, le complexe aqualudique est un espace sportif modulable très innovant capable d’offrir, toute l’année, un programme d’activités sportives adapté à chaque saison grâce à ses espaces extérieurs modernes et transformables : l’été, les usagers profitent de rochers d’escalade artificiels, de trampolines ascensionnels et d’apprentissage, d’un atelier de cirque et d’un parcours accrobranche (pont de singe, filet à plat, tyrolienne, saut de puce, filet vertical, zone de via ferrata, etc.). La piscine de 50 mètres extérieure propose également un solarium extérieur, un pentagliss et des jeux d’eau. L’hiver, ces zones d’activités en plein air laissent place à un sentier de glace communicant avec la patinoire couverte, à une piste de luge, à des cascades de glace et à un simulateur de ski. La piscine de 50 mètres extérieure est chauffée l’hiver pour devenir un bassin nordique.

Cette opération est réalisée par ADIM Est, filiale de développement immobilier de VINCI Construction France. Les travaux sont conduits par Sotram, GTM Hallé et Sogea Picardie, toutes également filiales de VINCI Construction France. La conception architecturale est quant à elle menée par le cabinet Marc MIMRAM Architecture et les bureaux d’études EGIS et Optimal Solutions. Le complexe a nécessité un investissement total de plus de 49,6 millions porté par Exterimmo, filiale de la Banque des Territoires, investisseur à 80 %, et par l’UCPA, acteur du sport pour tous dans les territoires, investisseur à 20 % et exploitant de l’équipement.

 

Soyez le premier à commenter "La première pierre du complexe aqualudique de Reims"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*