100 ans de la Grande Guerre: le dernier hommage de Reims

Après la visite du Président de la République mardi soir, Reims va, une dernière fois, commémorer le centenaire  « 14-18 »

Plus de 9 000 ! Ecoliers, collégiens, lycéens, étudiants, seniors, sportifs, historiens, artistes, agents de la ville de Reims, bénévoles d’associations commémoratives, militaires et élus…ils seront nombreux pour commémorer ces années de l’Histoire auxquelles la ville est si liée. Reims, ville bombardée pendant 1 051 jours avant de renaître avec éclat dans les années 20-30 à l’issue d’une longue période de reconstruction. Le programme est emblématique de l’histoire de Reims, celle d’une ville placée quatre ans durant près de la ligne de front.

Ce vendredi midi, un repas de la Victoire est servi à 8 300 scolaires. Au menu concocté par les cuisiniers de la cuisine centrale de la Caisse des écoles : salade de lentilles à la paysanne, pot-au-feu, camembert et tarte à la rhubarbe. Un set de table illustré sera distribué à chaque enfant avec une image d’époque prise dans une cave de maison de champagne.

A 14 heures, 83 élèves de l’école Gallieni, Arnaud Robinet, maire de Reims, Véronique Marchet, 1re adjointe au maire rejoindront le parc de Champagne pour la dernière séquence organisée avec des scolaires au sujet du monument aux Héros de l’Armée Noire. Ce monument a été inauguré mardi soir par Emmanuel Macron, président de la République et son homologue du Mali : Ibrahim Boubacar Keïta. Au programme : présence de collégiens participant au relais 2018 de la Paix avec l’UNSS, présence d’une association commémorative, lecture de lettres de tirailleurs sénégalais, découverte d’une exposition et spectacle pour mettre en perspective ce monument reconstitué.

A 19 heures, la médiathèque Jean Falala accueillera une conférence sur le thème de l’Armée Noire donnée par Cheikh Sakho doctorant en histoire contemporaine qui révèlera le contexte de la destruction du monument initial édifié à Reims en 2014. Marc Michel présentera le livre « Les troupes coloniales dans la Grande Guerre », publication du colloque organisé sur le thème à Reims en 2013.

Demain samedi un « trail des forts » est organisé en hommage à l’héroïsme des défenseurs de Reims. 46 agents de la ville de Reims et du Grand Reims et militaires du 40e Régiment d’artillerie et du 132e BCAT suivront un parcours reliant divers sites qui furent dotés d’ouvrages défensifs. Ils composèrent une partie de la ceinture défensive de Reims : fort de la Pompelle, massif de Berru, Cernay (dans les vignes), Witry-les-Reims, Bourgogne-Fresne, Brimont, Reims. Au programme : 10 km run and bike, 25 km en VTT puis, 2 km de course à pied. Au départ du trail comme pour les deux derniers kilomètres, des jeunes participeront au relais 2018 de la Paix avec l’UNSS. Arrivée : parvis du stade Auguste Delaune avec porte-drapeaux.

A 19 h 30, le Cellier, pôle culturel qui fut un cellier d’expédition de champagne, présente le spectacle musical de Génération 18 : « Moi et mon grand-père, on n’aime pas la guerre ».

Enfin, dimanche 11 novembre de 8 h 30 à la nuit, toutes les générations sont invitées à rejoindre un quartier de Reims reconstruit dans les années 20-30: se souvenir au monument aux Morts sans nom gravé faute de place suffisante et au cimetière voisin lors d’une cérémonie de commémorations d’une ampleur inédite avec plus de 500 participants (militaires du 132e BCAT, sapeurs-pompiers, musiciens, choristes, élèves et jeunes, associations patriotes, élus) ou se réjouir de la renaissance de Reims aux halles du Boulingrin et alentours: 50 personnes en tenue d’époque, marché aux livres sur la Grande Guerre, bureau philatélique, exposition « les Postes dans la Grande Guerre », véhicules de collection, soupe du Poilu, spectacle chanté « Nénette et Rintintin », chansons de la Grande Guerre et autres témoignages colportés par les chanteurs de rue, chœur de 100 enfants du Conservatoire à Rayonnement Régional de Reims, procession avec lampions à led, mise en lumière des halles, déambulation musicale vers « Seul(s) », une installation aux formes multiples emmenant le public à travers des guerres contemporaines au Cellier, installation éphémère « fétiches de paix », concert « De Harlem à l’Argonne, lecture en miroir de deux histoires musicales qui se sont enfin rencontrées en 1917 », concert « 1918, quand le jazz débarque en Europe ! », animation musicale de clôture.

Soyez le premier à commenter "100 ans de la Grande Guerre: le dernier hommage de Reims"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*