André Manoukian et China Moses au Carré Blanc à Tinqueux ce vendredi

Cry me a River et What a wonderful World, parmi d’autres grands succès caressants et jazzifiés, sont au programme du récital que donneront André Manoukian et China Moses le vendredi 26 avril au Carré blanc à Tinqueux.

Quelle gueule, quelle présence, quelle voix, quelle verve ! André Manoukian est un bon client pour les medias. Toujours disert, jamais en panne d’esprit. On en veut, on en redemande. « La Nouvelle Star » sur M6 l’a révélé au grand public dans le rôle du juré bardé d’arguments. Pour « La Vie secrète des chansons » proposé sur France 2, il part de l’origine des succès populaires pour montrer comment ils ont voyagé d’artiste en artiste. Quant à ses chroniques musicales sur France Inter – des petits bijoux – elles parlent à l’intelligence des auditeurs.

Complicités musicales

On en oublierait presque que ce fin connaisseur de la musique, cet habile manieur de mots a les doigts aussi éloquents que le discours et mène une carrière de pianiste sur scène où, au gré des rencontres et des affinités musicales, il s’accouple avec des artistes complices. En compagnie d’Audrey Kessedjian, échappée du grand répertoire classique, il se réconcilie avec la musique arménienne de ses ancêtres, après avoir été longtemps « allergique à ses excès, son sucre, sa passion. » Avec Jean-François Ziegel, il se livre piano contre piano à une battle de variations et d’improvisations inspirées par Brel, Bach, Bill Evans, Brahms, Beethoven ou Duke Ellington. Auprès d’Elodie Frégé, il s’abandonne à des chansons d’amour jazzy mythifiées par Julie London, Peggy Lee ou Rita Hayworth. Aux côtés de Malia, elle aussi chanteuse (à qui il a écrit trois albums), il invite sur leur terrain de jeu commun des déesses du jazz et du blues : Nina Simone, Etta James, Billie Holyday…

So in Love

Et il y a China Moses. Comment cette artiste précoce aurait-elle pu échapper à ses gènes ? Fille de la chanteuse Dee Dee Bridgewater et du metteur en scène Gilbert Moses, petite-fille du trompettiste de jazz Matthew Garett, elle embrasse non seulement la scène mais aussi la télé et la radio. Tout comme André Manoukian. Comment le pianiste de jazz amoureux des voix qu’il est aurait-il pu rester insensible aux talents de China ? Ils commettent ensemble en 2010 l’album « So in love ». Depuis 2013, le duo glamour qu’ils reforment à chaque occasion déroule ce thème face au public à travers des torch songs, mélodies tendres et sentimentales qui font du bien au cœur et aux oreilles. Des bluettes insignifiantes ? Cole Porter, Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Franck Sinatra, Donna Summer, Tina Turner, Dinah Washington, Julie London ou encore Harry Connick Junior excusez du peu – en ont fait des monuments d’interprétation avant eux… « Ce que nous cherchons avant tout en programmant des artistes tels que China Moses et André Manoukian, précise l’équipe du Carré blanc de Tinqueux, c’est une communion avec le public présent. Entre le médiatique pianiste de jazz et la vibrante chanteuse de torch song, l’union est parfaite. »

 

Photo Manoukian-Moses-© gwen_lebras- Carré Blanc Tinqueux

Soyez le premier à commenter "André Manoukian et China Moses au Carré Blanc à Tinqueux ce vendredi"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*