Frédérique Jossinet: « La Coupe du Monde va faire doubler les effectifs du football féminin »

La coupe du monde féminine de football est un vrai succès et l’accession assurée des bleues en huitième de finale va encore augmenter « l’effervescence ». Les rues de Reims en témoignent. Prochain match à Delaune, ce soir, à 18 h Jamaïque-Italie. L’occasion de faire le point sur la place des femmes dans un sport que certains observateurs jugent encore sexiste, voire machiste avec la multimédaillée mondiale de judo, Frédérique Jossinet, désormais Directrice du football féminin à la FFF, Fédération Française de Football, et responsable du plan fédéral de la féminisation du foot français.

Lorsqu’elle prend ses fonctions à la FFF en 2014, Frédérique Jossinet hérite du plan de restructuration 2012-2016 de la Fédération, dispositif chargé, entre autre, d’identifier ce qui peut empêcher les filles de pratiquer le football, de l’encadrer, de le diriger ou de l’arbitrer. Si les progrès, en termes d’image et de recrutement, sont à mettre à l’actif du président Noël Le Graët, la FFF en a fait une priorité et attend beaucoup de cette Coupe du Monde organisée pour la première fois par la France et portée par les titres 1998 et 2018 des bleus.

Bientôt 300 000 licenciées en France

Les résultats sont là et Frédérique Jossinet travaille pour les amplifier : « Notre objectif était de 200 000 licenciées d’ici à 2021. En dépassant aujourd’hui les 180 000, nous l’avons porté à 300 000. Ce cap est possible par le travail d’accueil, de formation et d’encadrement, dans les fédérations locales et dans les clubs. Au lendemain de la Coupe du Monde de 2018, la Fédération à voter une enveloppe de 15 millions d’euros pour accompagner jusqu’en Décembre 2019 cette féminisation du football français et la rendre pérenne. Des moyens supplémentaires devraient abonder cette première enveloppe et la réussite annoncée de la Coupe du Monde féminine 2019 pourrait en être le moteur ».
Un mois avant le coup d’envoi de cette 8 e édition, une dizaine de matches étaient annoncé à guichets fermés. Frédéric Jossinet, remerciant au passage le Stade de Reims, explique pourquoi : « Cette réussite, nous la devons aux neuf clubs qui accueillent la Coupe dans leur stade et qui mesurent les retombées sportives sur leur territoire. C’est tout le sport féminin qui devrait
profiter de l’engouement suscité par cet évènement mondial. Je précise que le football féminin attire un public beaucoup plus familial que le football masculin et que ce public est
tout aussi exigeant en matière de bon jeu. Le milliard de téléspectateurs attendu durant un mois en portera la preuve de cet engouement ».

L’enjeu sociétal du sport féminin

Pour la Directrice du football féminin, la place des femmes dans le sport est évidemment un enjeu sociétal et cette Coupe du Monde une étape de cette émancipation. Le football peut casser le clivage filles/garçons, dans le sport et ailleurs. La voie est libre à une époque où l’on trouve, selon Frédérique Jossinet, plus de jeunes filles joueuses de football que de danseuses : « Le football est un terrain idéal pour casser les barrières sexistes. Dans les mentalités et dans les faits. Les filles ne demandent plus la permission de jouer au football. Le sport féminin de haut niveau dit bien la place de la femme dans la société. La Coupe du Monde féminine en donne une image pertinente. Comme pour le judo, l’athlétisme, le ski ou la natation pour ne citer que ces sports, on ne précisera plus l’adjectif féminin. On aura une Coupe du Monde, avec évidemment des épreuves féminines et des épreuves masculines ».

Une 3 e étoile pour les bleu(e)s

Que l’équipe de France réussisse sa coupe du monde et pourquoi pas la remporte, c’est le souhait de toute la FFF, pour le foot féminin et pour le sport en général. On ne peut, dans ce contexte de
l’édition 2019, ignorer la Coupe du Monde 2011, avec une équipe de France en demi-finale. Pour le football féminin, cette date a été un déclencheur. L’équipe de France féminine est actuellement performante. Elle l’avait déjà prouvé lors des matches de préparation qui sont bien plus que des matches amicaux.
Aujourd’hui, Frédérique Jossinet va d’un stade à un autre, sur les neuf qui reçoivent cette Coupe du Monde, là où sa mission la guide pour porter ce football féminin français en pleine expansion. Elle n’oublie pas sa première licence sportive, dans le football, avant d’opter pour une formidable carrière dans le judo. De la nostalgie pour celle qui, il y a peu de temps, rechaussait les crampons l’instant de quelques matches en championnat de France ? Non par forcément, mais de l’émotion surtout. La France championne du Monde ? Elle y croit ferme et ajoute malicieusement « Ce sera pour la France une troisième étoile ».

 

Photo © FFF

Soyez le premier à commenter "Frédérique Jossinet: « La Coupe du Monde va faire doubler les effectifs du football féminin »"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*