Musée des Beaux-Arts: jours de fête avant fermeture pour travaux

Avant d’engager une campagne de réhabilitation-extension, le musée des Beaux- Arts de Reims s’offre du 16 au 22 septembre une dernière semaine d’échanges avec le public, façon de dédramatiser la fermeture et de lui donner rendez-vous dans 4 ans.
C’est un événement pour Reims et un prodigieux avatar dans la vie multiséculaire de l’ancienne abbaye Saint-Denis, devenue musée en 1913. Mais c’est loin d’être une rareté en France : les musées Carnavalet et de Cluny à Paris, les musées des beaux-arts de Dijon et Toulon, le Palais des Ducs de Lorraine à Nancy, plus près de nous le château Perrier à Epernay ou le musée d’art moderne de Troyes ont déjà gardé portes closes pour se renouveler en profondeur. Cette plainte de Lamartine, qui se disait « las des musées, cimetières des arts », la ville de Reims l’a entendue à son tour. Avec son projet de restauration-extension, elle s’apprête à créer un nouveau décor et une nouvelle mise en scène qui vont revaloriser ce patrimoine terni, rajeunir et élargir les espaces d’accueil du public, rallumer ses admirables collections qui traversent cinq siècles, de la Renaissance à l’Art déco.
S’ouvrir sur la ville
Fin 2023, les Rémois feront connaissance avec leur musée transfiguré par l’atelier d’architectes portugais Aires Mateus, lauréat parmi 103 candidats du concours de maîtrise d’œuvre. « Notre intention ne consiste pas à restaurer seulement un bâtiment, mais également la mémoire qu’il porte. C’est dans le renforcement de la matrice originelle du lieu que le nouveau projet s’enracine. Les différents corps de bâtiments seront conservés dans leur quasi-totalité et modifiés a minima. L’idée de cloître est réinvestie et l’ancienne église substituée à la faveur d’une relation visuelle exceptionnelle avec la cathédrale que le projet souligne dans le reflet d’un miroir d’eau. A partir des cours recréées, composant de nouvelles entrées, circulations et fonctions publiques, le bâtiment invitera la ville à entrer en son sein. » Une large ouverture située rue Libergier à la place du parking actuel, une cour d’honneur et un jardin, un 2 e hall d’accueil en sous-sol, un auditorium de 250 places, une boutique et un salon de thé : l’offre finale sera aussi esthétique que fonctionnelle. Pendant la parenthèse des travaux, l’avancée du projet sera présentée au Trésor, 2 rue Guillaume de Machault. Première étape : le transfert des œuvres d’ici fin 2019 dans les nouvelles réserves mutualisées des musées de la ville, construites en périphérie de Reims.
Finir en beauté
Le musée des Beaux-Arts ne fermera pas en catimini mais au terme d’une série d’animations ludo-culturelles proposées du lundi 16 au dimanche 22 septembre. Outre l’exposition sur le projet architectural du futur musée, le public pourra notamment découvrir le sculpteur René de Saint-Marceaux le mardi 17 à 19h, participer à la soirée « Si Versailles m’était chanté » – musiques et danses au temps de Colbert – le vendredi 20 à 19h, ou encore se faire photographier avec son œuvre préférée les samedi 21 et dimanche 22 à l’occasion des Journée du patrimoine. Après le « Bal baroqu’en roll » organisé dans la cour du musée le samedi 22 à partir de 21h (se munir d’un loup dans l’esprit du XVIIe siècle !), la déambulation chorégraphique « On ferme ! » prévue le dimanche 22 à 18h, avec un rouleau de papier qui modulera l’espace, conduira le programme à sa conclusion. Détail des animations sur : www.reims.fr

3 chiffres sur le futur musée des beaux-Arts rénové
– 45,3 M€ d’investissement
– 53 000 œuvres
– 100 000 visiteurs espérés

Image: ©-AIRES-MATEUS

Soyez le premier à commenter "Musée des Beaux-Arts: jours de fête avant fermeture pour travaux"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*