Ruinart: l’art de recevoir à la champenoise

Pour leur dernière rencontre de l’année 2019, les partenaires des Flâneries musicales de Reims se réunissent dans les murs de la maison Ruinart, l’un des hauts lieux de l’hospitalité champenoise à laquelle Olivier Livoir apporte sa touche depuis trois ans.

 


Il n’y a pas que des bulles et des arômes dans le champagne. Il y a une histoire, des personnages, de la passion, un savoir-faire, un patrimoine mondialement reconnu, du rêve… C’est ce palpable et cet impalpable que Ruinart fait connaître, fait comprendre et fait briller auprès des personnes qui, pour une visite de cave, un repas-dégustation ou une réception privée, viennent passer un moment au sein de la maison. Elles sont accueillies selon des modalités qui ont évolué sous l’impulsion d’Olivier Livoir. Au service du groupe LVMH depuis 15 ans, cet homme sociable et passionné, pur produit champenois, est devenu responsable de l’hospitalité chez Ruinart il y a trois ans, après avoir géré l’accueil privé à l’hôtel du Marc pour la maison Veuve Clicquot. A ses côtés s’affairent deux chargées d’accueil des différentes clientèles et deux professionnels de la réception-restauration-sommellerie, auxquels il a adjoint récemment une responsable des événements (jusqu’à 80 personnes) et une chef de cuisine à demeure (pour les repas accords mets-vins dans la limite de 20 personnes). Cette équipe professionnelle, souriante et attentive joue sur la cordialité, la convivialité, l’authenticité. « Ce n’est pas parce que le champagne Ruinart a un certain coût, à la hauteur de son excellence, que nous devons être prétentieux et inaccessibles. »

L’hospitalité dans les détails

Visiteurs payants ou invités (grands amateurs de la marque, influenceurs, professionnels du tourisme, VIP…) : tous bénéficient du même traitement de qualité. Façon Hernani : « Sois le bienvenu. Reste, ami ! Ne te fais faute de rien. Quant à ton nom, tu te nommes mon hôte. Qui que tu sois, c’est bien ! (…) » Pas de parcours pour les cars de touristes, les capacités d’accueil de la maison induisant un œnotourisme resserré. Pas de hall d‘accueil, l’équipe vient au-devant du client dans la cour et l’installe dans un salon privatif qui lui sert de base de transit. Pas de boutique physique pour ne pas acculer le client à l’achat mais la possibilité, s’il le souhaite, de passer commande à partir d’une tablette. Le sens de l’hospitalité apparaît ainsi dans tous les détails. « Nous essayons de recevoir les invités dans leur propre langue. C’est une attention qui touche. Je pense par exemple au patron d’une belle entreprise suédoise, parfaitement à l’aise en anglais comme la plupart des Scandinaves, mais que nous avons accueilli, à son grand étonnement, en suédois pour qu’il profite de sa visite dans les meilleures dispositions. » La visite se prolonge parfois hors les murs, par une découverte du vignoble Ruinart à Sillery, une pause panoramique au phare de Verzenay, un verre au Perchingbar dans la forêt de Verzy… « Ceux qui ont du temps veulent non seulement voir nos caves inscrites au Patrimoine mondial mais aussi qu’on leur raconte une histoire autour du produit champagne, qu’on leur fasse vivre une expérience unique. »

Toutes circonstances confondues, quelque 16 000 hôtes auront été accueillis en 2019 sur le site prestigieux de la rue des Crayères. Ce qu’Olivier Livoir préfère dans son métier : « la rencontre avec une personne que je n’ai jamais vue et que je ne reverrai jamais et lui faire partager un bout de ma passion. » Avec quel souvenir en tête referme-t-il cette année d’hospitalité ? « Je pense à la visite d’une délégation du Royal Opera House de Londres quinous a demandé si elle pouvait chanter dans nos crayères. Ces voix qui se sont élevées à l’intérieur de ces cathédrales de craie, c’était extraordinaire ! »

 

Photo: salon de réception© Ruinart

Soyez le premier à commenter "Ruinart: l’art de recevoir à la champenoise"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.