Ce que demandent les entreprises de travaux publics

Choquées par les déclarations de la Ministre du Travail, les Fédérations des Entreprises de Travaux Publics (dont celles du Grand Est) en appellent au Président de la République et lui expliquent dans quelles conditions leurs adhérents pourront envisager de reprendre les chantiers. Plus de 80% des chantiers de travaux publics sont aujourd’hui à l’arrêt. Voici les demandes de la FNTP à Emmanuel Macron.

« Pour envisager une reprise de l’activité, nous avons besoin de temps. C’est le sens de la demande que nous avons portée collectivement avec la FFB et la CAPEB auprès du Gouvernement : du temps pour réorganiser nos chantiers afin de faire respecter les gestes barrières contre le virus, du temps pour engager un dialogue indispensable avec nos salariés.
Les petites phrases médiatiques qui se sont multipliées ces dernières heures ne règleront rien. Bien au contraire ! Le climat de tension entre le secteur de la construction et certains membres du Gouvernement est regrettable. La gravité de la situation nous oblige à prendre nos responsabilités dans les fonctions qui sont les nôtres. Notre responsabilité est de défendre l’ensemble des entreprises de travaux publics qui sont aujourd’hui plongées dans la plus grande incertitude. C’est la raison pour laquelle nous vous demandons solennellement de bien vouloir accéder à notre
demande de suspendre – pour un temps – l’activité des entreprises de travaux publics qui ne sont pas en capacité de faire respecter les gestes barrières.
Nos entreprises sont évidemment prêtes à poursuivre leur activité, en priorité les interventions urgentes, dès lors qu’elles auront pu assurer une organisation des chantiers conforme aux recommandations du Gouvernement. Il convient néanmoins de rassurer préalablement nos salariés et nos entreprises :

Pour nos salariés :
Mettre à disposition des entreprises un protocole pour assurer la sécurité, la santé et l’intégrité des salariés (ex. guide détaillant des procédures précises à adopter pour les salariés et leur environnement, mise à disposition de matériels de protection…) Ce protocole devra être validé par les Ministères du Travail et de la Santé.

Pour nos entreprises :
Les rassurer sur le fait que leur responsabilité pénale ne sera pas engagée si un salarié contracte le virus sur son lieu de travail dès lors qu’elles auront satisfait leurs obligations de moyen.
Les rassurer sur la prise en charge de l’activité partielle. Certaines entreprises ont reçu des messages de leur DIRECCTE de nature à jeter le doute sur la prise en charge de l’activité partielle en cas d’arrêt de l’activité. Aucun chantage ne peut être toléré dans une telle situation !
Les rassurer d’un point de vue juridique en clarifiant leurs relations avec leurs maîtres d’ouvrage dans ce contexte exceptionnel.

Nos entreprises sont évidemment prêtes à poursuivre leur activité, en priorité les interventions urgentes, dès lors qu’elles auront pu assurer une organisation des chantiers conforme aux recommandations du Gouvernement ».

 

 

Soyez le premier à commenter "Ce que demandent les entreprises de travaux publics"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.