Les CCI veulent une reprise massive

Le réseau des chambres consulaires, dont la CCI Grand Est, travaillent sur la reprise et la relance. Face à « un choc inédit de l’offre et de la demande« , les CCI jugent que la riposte a été « hors norme. L’Etat et les régions, en premier lieu, rejoints par les départements et les EPCI ont débloqué des moyens financiers considérables et quasi-immédiats« . Après le constat , les organismes consulaires se prononcent « en faveur d’un ordre de marche immédiat« .

Le constat

Selon l’approche sectorielle de la Banque de France (agriculture et industrie, construction, services marchands non financiers, services non marchands), l’arrêt brutal et massif d’activité provoqué par la décision d’un strict confinement a entraîné une perte d’activité sur une semaine-type de confinement de −32% dans l’ensemble de l’économie. La construction (avec une baisse de trois quarts de l’activité normale) et les secteurs du commerce, des transports, de l’hébergement et de la restauration (avec une baisse de deux tiers de l’activité normale) affichent les pertes d’activité les plus importantes. Dans l’industrie, les secteurs les plus affectés sont l’industrie automobile, la construction aéronautique, la métallurgie et la fabrication de machines et équipements. Les indépendants, les TPE et les PME sont les premiers touchés et menacés. Ces entreprises représentent 99% du tissu économique, soit 50 % de la masse salariale et 1/4 des dépenses totales de la R&D dans la dynamique d’innovation.

Un ordre de marche immédiat

Les CCI se disent convaincues « que la relance et plus précisément la reprise d’activité doit être massive et générale sans décalage de phase à partir du 11 mai« . Chaque semaine d’inactivité supplémentaire aura des conséquences économiques, financières et sociales accrues. Les CCI sont déterminées à apporter des solutions individuelles et collectives aux entreprises, en concentrant leurs actions vers les indépendants, les TPE et les PME, en ne négligeant pas les starts-up. Les Chambres consulaires proposent un dispositif d’accompagnement en trois dimensions: la proximité, la veille et l’analyse et la coordination.

La modestie

Les Présidents des CCI revendiquent le droit « de se tromper, de devoir réajuster, revoir, repenser. la modestie s’impose » disent-ils « Le degré d’incertitude généralisée des situations sanitaires et économiques nous oblige à repenser nos dispositifs d’accompagnement, de soutien et rend difficile l’utilisation de nos traditionnelles boussoles stratégiques »

 

 

Photo © Matthew Henry – Burst

Soyez le premier à commenter "Les CCI veulent une reprise massive"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.