Police: la demande du Maire de Reims pour plus d’efficacité

Le 24 juillet, à l’occasion d’un déplacement à Nice, le Premier Ministre Jean Castex a annoncé l’expérimentation sur cette ville de l’extension des compétences de la police municipale. Dès le lendemain, dix-huit maires, (membres de la « France audacieuse ») dont Arnaud Robinet, le Maire de Reims, ont réclamé, dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, à bénéficier eux aussi de cette expérimentation.

Dans cette Tribune, les Maires écrivent »…depuis plusieurs années, nous nous battons pour que la sécurité, qui est d’abord de la compétence de l’Etat, soit assurée avec force et autorité pour que les délinquants et les trafiquants de drogue soient inquiétés dans notre pays. Nous prenons déjà notre part à cette vaste mission en conférant à nos polices municipales des moyens matériels conséquents, en augmentant leurs effectifs quand cela est possible, ou en mettant à disposition de la police nationale et de la justice nos images de vidéoprotection dans les communes qui en sont équipées. Aujourd’hui, nous affirmons que nous sommes prêts à faire un pas de plus pour accompagner l’Etat dans cette mission » et ils proposent la signature d’une convention entre maire, procureur, et préfet. Dans ce cadre, précisent les élus, « des pouvoirs supplémentaires seraient confiés aux maires volontaires et disposant d’une administration adaptée. Ils leur ouvriraient un accès total aux fichiers comme ceux des permis de conduire, des voitures volées, des personnes recherchées, des fichés S, et autoriseraient nos polices municipales à procéder à des contrôles d’identité. Nous demandons également la capacité de fermer les établissements posant des problèmes récurrents de tranquillité publique ou ne respectant pas les arrêtés municipaux, ainsi que des pouvoirs supplémentaires à l’égard des marchands de sommeil et des squatteurs. » Pour les signataires, il ne s’agit pas d’adopter une mesure générale sur l’ensemble du territoire mais « que cette évolution soit adaptée à chaque tissu local et réponde à chaque fois à la diversité des territoires« .

Depuis 2019, Reims fait partie des villes-pilotes où la Police Municipale privilégie la proximité pour travailler efficacement et étroitement avec la Police Nationale. La ville de Reims a investi près de 7 300 000 euros dans la protection de ses concitoyens. Le nombre d’appels traités par la Police Municipale est passé de 13 000 en 2015 à 49 000 en 2019. Entre 2014 et 2020 les effectifs de la Police Municipale ont doublé, passant de 59 à 120 policiers municipaux. Les policiers municipaux sont désormais armés et leur présence sur le terrain, notamment dans les quartiers, aux abords établissements scolaires et dans les parcs et jardins, est visible et renforcée. La PM est équipée d’une quinzaines de véhicules sérigraphiés, de moto et de VTT afin d’être en mesure d’intervenir sur tous les types de terrain et d’effectuer notamment en deux roues, des patrouilles de proximité au plus près des usagers. Le choix a été fait d’équiper les agents de l’ensemble du spectre d’armement autorisé pour les polices municipales afin d’être en mesure de faire face, avec une graduation adaptée de l’emploi de la force, à toutes les situations rencontrées dans l’action de voie publique. Les patrouilles sont également équipées de caméras dites « piétons » qui permettent de faire baisser la tension lors des interventions et de lever le doute sur des faits en cas de besoin.

Un Centre de Supervision Urbain ultra-moderne permet de maintenir une vigilance constante, 24 h / 24 et 7 j / 7, au travers de 220 caméras disséminées partout dans la ville. Ce maillage permettra, à terme, de mettre en place la vidéo-verbalisation pour lutter contre les incivilités (dépôts sauvages, véhicules épaves etc.) − aujourd’hui de la compétence des brigades du cadre de vie. Par ailleurs, la Ville compte beaucoup sur le Rappel à l’Ordre, une alternative de peine légale permettant de recevoir les mises en causes, des primo-délinquants qui, s’ils récidivent, seront poursuivis judiciairement.

Une profonde coordination des deux entités de Police permettrait un appui concret des actions de terrain et une plus grande sécurité des agents. La Police Municipale et la Police Nationale auraient toujours des compétences distinctes mais travailleraient de manière plus complémentaire. Interrogé sur cette initiative par des chaînes d’information, le Maire de Reims a estimé que ce renforcement des pouvoirs locaux permettrait de « renforcer le continuum de la sécurité Etat-Police nationale, collectivités avec la Police Municipale et, bien sûr, la justice et les acteurs sociaux, notamment les bailleurs sociaux dans le cadre de la sécurité et de la tranquillité résidentielle »

Plus de proximité et plus d’efficacité

À Reims, la forfaitisation du délit d’usage de stupéfiants, a été mise en place provisoirement depuis juin dernier. Aujourd’hui les policiers municipaux ne peuvent pas verbaliser l’usage de stupéfiants sur la voie publique. « Ce que j’espère ce que l’on donne la possibilité à la Police Municipale de verbaliser dans le cas de la forfaitisation de l’usage de stupéfiants. Cela permettrait à la Police Nationale d’aller beaucoup plus loin, de se concentrer sur le démantèlement du trafic de stupéfiants» explique Arnaud Robinet.

Le Maire de Reims souhaite également installer un commissariat mixte dans le quartier Europe au sein duquel Police Municipale et Police Nationale travailleraient main dans la main. Ce type de structure permettrait par exemple d’éviter la privation de liberté des individus interpellés par la Police Municipale et en attente d’être auditionnés par les forces de l’ordre.

Photo©Twitter-Ville de Reims

Soyez le premier à commenter "Police: la demande du Maire de Reims pour plus d’efficacité"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.