Une bonne saison pour l’hôtellerie en Champagne

Ce mardi  l’Agence Régionale du Tourisme Grand Est présentait l’analyse de la saison estivale 2020 et la vision pour le développement du Tourisme en Grand Est après la crise sanitaire.

Menée par l’Observatoire Régional du Tourisme Grand Est, l’ART Grand Est a diligenté une enquête de conjoncture exclusive auprès des hébergeurs et hôteliers, des sites et attractions, et des restaurateurs. De cette étude, il ressort que l’été 2020 a été globalement, au regard du contexte, une bonne saison touristique. Sans surprise, la crise sanitaire a bénéficié à l’offre rurale et aux destinations habituellement moins fréquentées principalement en raison de la pratique simplifiée de la distanciation sociale et de l’effet « slow tourisme ». On enregistre une clientèle de proximité voire d’ultra proximité dans le Grand Est et ses régions limitrophes : être touriste chez soi ou la tendance de la « staycation ». Mais aussi une évolution de certaines destinations d’ordinaire de passage à destinations finales, surtout pour les territoires à l’ouest du Grand Est (Ardenne, Champagne et Meuse), une aubaine qui en a fait des destinations finales.

Un zoom sur la Champagne permet de voir que la région a connu une bonne saison. En recul par rapport à l’an dernier mais dans certains cas, fréquentation de même ampleur qu’en 2019. La Champagne est envisagée comme destination finale et non plus d’étapes avec beaucoup de réservations de dernière minute. Saison réussie grâce aux clientèles de proximité (Français de proximité, Belges et Néerlandais). Succès des gîtes mais difficultés pour les chambres d’hôtes et les gîtes de groupe. Demande de lieux d’activités peu fréquentés (distanciation sociale) et d’activités de pleine nature (lacs, randonnées et vélos…). Explosion des locations de vélos et boom des camping-cars relatifs à la demande de slow tourisme. Ce sont les grandes tendances observées par l’ART

Les tendances du secteur du tourisme ont été accélérées par la crise du COVID Le tourisme de masse a brutalement disparu cette année au profit d’un tourisme individuel. Même si les groupes reviendront sans doute dans les deux à trois prochaines années, cela nécessite pour les régions de repenser à la fois le marketing de l’offre locale et les systèmes de mobilité dédiés aux touristes sur les territoires pour les rendre plus durables, multimodaux et expérientiels. Une opportunité à saisir pour de nombreux territoires, dans lesquels le « surtourisme » est devenu un enjeu politique majeur. Par ailleurs, voyager va être de plus en plus compliqué et de plus en plus cher, impactant durablement le tourisme issu des marchés lointains qui se développait pourtant fortement depuis une vingtaine d’années, au profit d’un tourisme de proximité, porté essentiellement par une demande à la fois infrarégionale, nationale et transfrontalière. Ce qui va bien entendu exacerber la concurrence entre les différentes destinations en France et en Europe et donc obliger les territoires à investir considérablement dans des projets structurants et innovants pour se différencier et renforcer leur attractivité. Enfin, cette crise a montré que le « numérique » était en train de reconfigurer définitivement le secteur du tourisme au niveau mondial. Des plateformes aux applications en passant par les services en ligne, la blockchain, l’intelligence artificielle et les technologies virtuelles, le rythme et l’ampleur des bouleversements semblent s’intensifier avec pour tendances de fond la personnalisation, l’automatisation et la virtualisation des offres de produits et services touristiques. C’est la conclusion de cet été si particulier par les responsables du tourisme dans le Grand Est qui fixent une ambition à 5 ans : faire entrer le Grand Est dans le TOP 3 des destinations françaises les plus attractives.

 

photo © refletsactuels.fr

Soyez le premier à commenter "Une bonne saison pour l’hôtellerie en Champagne"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.