Crise: la Champagne signe une « sacrée performance »

Les co-Présidents du Comité Champagne, Maxime Toubart, Président du Syndicat Général des Vignerons, et Jean-Marie Barillère, Président de l’Union des Maisons de Champagne ont présenté, en visio-conférence ce mardi depuis les locaux du SGV à Epernay,  les premiers chiffres de l’année 2020. 

La Champagne a expédié 245 millions de bouteilles l’an dernier, soit une baisse de 18 % sur 2019. On est donc loin des -25/-40%  que l’on pouvait craindre avant l’été et après neuf mois d’absence de tourisme et de fermeture des bars et restaurants. « Il y a quand même, constate Maxime Toubart, des évènements à fêter et une envie de se retrouver autour du Champagne. C’est une forme de résistance au virus« . Le mois de décembre a contribué à limiter la casse avec une baisse d’un petit -5% uniquement du à la contre-performance française (-7%).  Autre source de satisfaction: la bonne tenue des prix. Certes, il manquera à la Champagne 1 Milliard € mais, souligne Jean-Marie Barillère, la baisse en valeur sera certainement la même qu’en volume (-18%). Il n’y pas eu de « dévissage » sur les prix. Des informations qui seront précisées fin  février.

Dans le détail, les chiffres 2020 montrent que l’export (-16% et 131 M bouteilles) fait mieux que la France (-20% et 114 M bouteilles). Même si l’écart est faible, c’est la première crise champenoise à voir ainsi l’export en pole position. Une situation qui s’explique, selon les dirigeants de la Champagne, par la part des CHR (Cafés, Hôtels, Restaurants) et du tourisme dans le marché français du Champagne.

Enfin, on notera que les coopératives, pénalisées par leurs circuits de distribution, enregistrent une baisse de leurs expéditions de 23% alors que Vignerons et Maisons limitent la chute à 17 %.

Pour conclure sur 2020, les co-présidents se félicitent de la sagesse des champenois et des justes décisions prises pendant la crise. Conséquence de ces bonnes surprises:  le niveau de « rendement tirable » fixé à 8 000 kg/ha au moment des vendanges est augmenté de 400 Kgs/ha. Une décision qui doit permettre à la Champagne d’envisager encore sereinement l’année qui commence et qui pourrait être celle du rebond. Ces résultats 2020 montrent que le « modèle champenois est très solide »  et  démontrent « la capacité champenoise de réaction et d’innovation« . « On savoure » dit le président du SGV, « sacré performance » ajoute le Président de l’UMC.

Place à 2021 et cela commence mal. « Les six premiers mois seront durs » admet Maxime Toubart.  Mais Jean-Marie Barrillère considère que l’on va « sous-estimer le rebond qui pourrait avoir lieu dès la fin de la crise sanitaire durant l’été 2021…on aurait une belle surprise en fin d’année !« . Car, et c’est bien l’essentiel, le consommateur est au rendez-vous pour consommer du Champagne dans ces moments de retrouvaille. « Nos consommateurs ont gardé le réflexe Champagne pour ces moments heureux« . Le Champagne reste « un marqueur de la vie« . C’est heureux pour notre territoire !

En vidéo (visio-conférence) les conclusions des deux co-présidents

 

 

 

Soyez le premier à commenter "Crise: la Champagne signe une « sacrée performance »"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.