Ils sont sur www.j’achèteenlocal.fr…

La crise sanitaire incite de nombreux consommateurs à favoriser leurs producteurs et commerces de proximité et à attacher plus d’importance à l’origine et à la qualité des produits consommés. Consommer local est devenu un état d’esprit qui perdure, un geste citoyen et solidaire.  Face à ce constat, les trois Chambres consulaires de la Marne (CCI Marne en Champagne, Chambre de Métiers et de l’Artisanat et Chambre d’Agriculture) ont lancé une solution digitale : « J’achète en local.fr ». Une application et un site web destinés à renforcer la visibilité des commerçants, artisans et producteurs locaux de la Marne. Les consommateurs peuvent ainsi (re)découvrir la diversité et la richesse de l’offre locale de produits et services avec près d’une centaine de boutiques en ligne. Voici trois exemples:

La seconde vie des bouteilles

Giuseppe Oliveri (29 ans) et Alexandre Lachi (25 ans) ont fondé depuis janvier Dion’iso, une TPE originale puisqu’elle récupère, recycle et revalorise les bouteilles de vin et de champagne. De cette matière première… assez inépuisable, ils font des vases ou des verres, bref, des objets du quotidien qui contiennent toujours du liquide. Jusqu’au 19 septembre, ils sont installés sur le site Magasin Libre (92, avenue Brébant) et proposent aux visiteurs de rapporter leur bouteille consommée, qu’ils transformeront donc, sous leurs yeux ébahis, en vase ou verre, pour 15 €. Nous sommes là en pleine démarche écoresponsable impliquant le client/consommateur. La planète ne s’en porte que mieux, et nous aussi !

https://jacheteenlocal.fr/boutique/dion-iso

Alexandre Lachi (à gauche) et Giuseppe Oliveri.

Mets et merveilles

« Mizzica ! » Ce mot sicilien signifie « merveilleux », « trop bien », « mon Dieu ! » quand on est en pleine extase, voire « waouh » quand les mots vous manquent. Voilà un petit vade mecum à l’usage des gourmands/gourmets qui testeront la caponata, les boulettes de veau au citron, les salades de poulpes, la charcuterie, le parmesan, etc., proposés par Mizzica, 51 avenue Jean Jaurès. Cette épicerie (très) fine est aussi un « stuzzicheria » (petit restaurant ou bar à manger) qui met à l’honneur les produits siciliens chers au cœur du regretté Andrea Camilleri et de son commissaire Montalbano, les artisans, le travail familial, le terroir. On pourrait en faire… des tartines sur Mizzica, qui développe depuis peu un service traiteur. Mais si l’on vous a mis l’eau à a bouche, le mieux est encore d’aller vous rendre compte par vous-mêmes.

https://jacheteenlocal.fr/boutique/mizzica

Maria-Giovanna (salariée) et Benjamin Tisserand (associé gérant).

Bistrot de charme

Comme son nom l’indique, le Bistrot de la Poste (9, rue Cérès) est en face… la Poste. Et depuis longtemps, ce qui en fait une institution rémoise. Maître des lieux depuis 2012, Franck Camus a affirmé son orientation bistronomique et lui a donné son caractère épicurien, avec une carte variée, une formule classique quotidienne, et des produits « locavores ». A noter une belle carte des vins (d’ailleurs vendus à prix caviste). Au Bistrot de la Poste, qui compte de nombreux « habitués », la convivialité est de mise entre tous, et c’est un des charmes de l’endroit. A l’heure du déconfinement et du retour des beaux jours, il est temps de redécouvrir l’établissement et, comme le dit Franck Camus, « sa petite gueule de bistrot parisien ».

https://jacheteenlocal.fr/boutique/brasserie-de-la-poste

Franck Camus

Soyez le premier à commenter "Ils sont sur www.j’achèteenlocal.fr…"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.