Du bois pour chauffer le Grand Reims

Le bois de récupération va être intégré dans le mix énergétique du réseau de chaleur du Grand Reims permettant ainsi à la collectivité d’atteindre 90 % d’énergie renouvelable dès 2022. Catherine Vautrin, Présidente du Grand Reims et Yann Rolland, Directeur Général ENGIE Solutions Villes & Collectivités ont procédé ce jeudi à la pose de la première pierre du chantier

Ce chantier se situe sur le site de la chaufferie urbaine du Grand Reims, invisible pour les automobilistes quittant Reims et se rendant à Epernay ou dans le Sud de Reims, ou provenant du Sud de Reims. L’installation actuelle de la chaufferie avec sa façade recouverte d’éléments sinueux en bois cache le chantier de construction d’un générateur qui utilisera le bois de classe B comme source d’énergie, en lieu et place du site de stockage de charbon. L’arrêt définitif de l’utilisation du charbon correspondra à une diminution des émissions atmosphériques. Ainsi, les émissions de CO2 seront divisées par 6, les émissions d’oxyde de soufre seront divisées par 8.

Les fondations ayant avancé, des murs commencent à être mis en place. La chaufferie en cours de construction, et qui entrera en service à l’automne 2022, sera plus importante que celle qui utilise le bois A comme combustible. Cette opération, qui représente un investissement d’un montant de 21 M€ HT, est assortie d’une extension du réseau de chaleur pour desservir le quartier des Châtillons. Il s’agit du plus grand projet de chaufferie bas carbone du Grand Est et de l’un des plus importants de France.

Ce projet fait naître aussi sur le territoire rémois une filière de recyclage en circuit court avec une vingtaine d’emplois, directs et indirects, à la clé. La mise en place d’une chaufferie pour le bois B va instaurer de fait dans le territoire rémois une solution de valorisation pour un déchet local. On estime que 50 % de la fourniture de l’énergie du futur générateur proviendra de bois collecté dans un rayon de 50 km autour de Reims.

Pour Catherine Vautrin, la Présidente de la métropole rémoise « ce projet s’inscrit dans le cap que s’est fixé le Grand Reims de devenir le territoire référent en matière de neutralité carbone et de transitions écologiques« .

 

Chiffres clés du réseau de chaleur rémois, fin 2022

Un taux d’ENR&R (énergie renouvelable et de récupération) de 90 % à l’horizon 2022
Emissions de gaz à effet de serre (CO2) divisées par 6, réduit à 20 g de CO2/kWh
32 km de réseau
70 points de livraison
140 MW de puissance installée
Près de 20 000 équivalents-logements raccordés au réseau

(Source Grand Reims)

Bois: Classe A, Classe B et classe C

Tous les déchets de bois ne se recyclent pas de la même façon. Pour cela, ils sont regroupés en trois classes de bois et chacune de ces classes fait l’objet d’un recyclage précis.

La première classe de bois est la classe « A ». Elle correspond à des déchets de bois non traités et non peints tels que des chutes de bois brut, des cagettes ou bien encore des bois d’emballage. Cette classe de bois, nommée également bois « liste verte », sera recyclée et valorisée comme combustible pour des chaufferies.

Les bois de classe « B » correspondent à des déchets de bois faiblement traités, peints ou vernis. Ces bois dits en « liste orange », seront recyclés pour être transformés en matière première pour la fabrication de panneaux de particules.

La dernière classe de bois, la classe « C » regroupe quant à elle tous les déchets considérés comme dangereux, c’est à dire, des bois fortement traités ou imprégnés de sels métalliques. Cette classe de bois dits en « liste rouge » est composée de traverses de chemin de fer, poteaux téléphoniques ou électriques ou bien encore de palissades en bois. Ces déchets sont soit détruits dans des usines d’incinération de déchets spéciaux, soit utilisés dans des fours de cimenteries.

(Source BCM Environnement)

 

Photos:

Fabien Petit, Président de Plurial Novilia, Catherine Vautrin, Présidente du Grand Reims, Yann Rolland, Directeur général ENGIE Solutions Villes et Collectivités, Jérôme Betton, Directeur Régional de l’ADEME Grand Est ©Alexandre Dumoutier – Grand Reims

Le site de la chaufferie et du chantier © Visu Communication – Artech Drone

Soyez le premier à commenter "Du bois pour chauffer le Grand Reims"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.