La saison touristique dans le Grand Est

Arnaud Robinet préside depuis peu l’Agence touristique du Grand Est (ARTGE). Il a présenté, ce mardi à Strasbourg, à ce titre les chiffres de la saison touristique de la région.

Cette saison a été marquée par le lancement, début juillet,  d’une plateforme d’accélération à la commercialisation. Cette plateforme, fruit d’une collaboration entre agences départementales, offices de tourisme de toute la région et prestataires, est une réponse aux nouveaux enjeux du secteur du tourisme en proposant aux professionnels, de façon pérenne, un canal de vente inédit et une visibilité accrue. Elle compte à ce jour 850 offres. Son audience s’élève à 800 000 pages vues en trois mois. Nicolas François, le directeur du digital et du data, précise que les premiers chiffres montrent un niveau qualitatif très fort de la fréquentation et une très bonne conversion en achat.

Pour assurer la promotion de cette plateforme, et de l’ensemble des destinations du territoire, une campagne 100% digitale a été mise en place. Elle s’appuyait sur un message fort: « aux heures précieuses en Grand Est ». Plusieurs visuels ont décliné le thème général par « marque de destination » comme « réservez vos heures précieuses en Champagne ». Cette campagne s’accompagne aussi d’une production vidéo, de très belle qualité, dans laquelle la Champagne est magnifiquement présente.

Bilan et tendances

Quant au bilan de la saison, le nouveau Vice-président de la région Grand Est, qu’est aussi Arnaud Robinet, le résume de la façon suivante « les tendances exprimées en 2020 se sont confirmées pour la saison estivale 2021 à l’exception du retour des clientèles européennes avec des différences qui restent notables sur certains marchés et de manière moins marquée que certaines clientèles des marchés long-courrier« . On observe un passage d’un tourisme de groupe à un tourisme individuel (famille, amis ou petits groupes) et surtout  à un tourisme « plus responsable et durable, en recherche d’offres de qualité, de nature, d’expériences authentiques et exclusives et d’hébergement traditionnel ou insolite haut de gamme« . Désormais, le numérique est le principal levier, en matière de tourisme, de la compétitivité territoriale.

Fort de ces analyses et lignes de tendance, le Grand Est ambitionne désormais de figurer, dans les cinq ans, qui viennent dans le TOP 3 des destinations françaises les plus attractives avec un concept, celui de « smart tourisme ». Arnaud Robinet considère que la région doit répondre en matière de tourisme,  à un triple défi sociétal, environnemental et politique qui impose de faire évoluer le positionnement touristique et les offres de produits.

Le bilan chiffré en cinq faits

L’été 2021 a été meilleur que 2020, même si les performances restent en dessous de l’été 2019. Un constat fait sur l’ensemble des cinq destinations majeures du Grand Est. « C’est plutôt une bonne nouvelle au regard du contexte » marqué par une météo très capricieuse (+36% de précipitations par rapport à la normale)  et l’obligation du pass sanitaire instauré au cœur de l’été. La note d’appréciation de la saison des professionnels est de 6.2/10 pour la région (5.9/10 pour la Marne) selon les chiffres ARTGE/CDT-CCI et UMIH

Les locations d’hébergement (type gîtes ou Airbnb) sont les grands gagnants de la saison avec une fréquentation allant jusqu’à 85 %de taux d’occupation an août pour les gîtes et un volume estimé à 2.1 M nuitées et 80.6 millions € de revenus pour les Airbnb. A noter que 31% des réservations ont été faites une semaine avant, soit en dernière minute.

Le volume de la clientèle française a été plus important qu’en 2020 et qu’en 2019 même si l’on observe sur cette fin de l’année un retour de la clientèle étrangère.

Les produits « nature » ont été plébiscités et les Vosges se placent en tête des destinations les  plus prisées dans le  Grand Est

Enfin, le bilan reste très contrasté suivant les secteurs géographiques  et d’activité. L’activité des restaurants est en recul pour 7 professionnels interrogés sur 10. Les destinations urbaines, plus prisées habituellement par la clientèle internationale, ont été, à nouveau, pénalisées cet été.

Des espoirs pour la fin de l’année

En revanche, pour le mois de septembre, les perspectives sont encourageantes. Cette fois, près de 7 professionnels sur 10 projettent une fréquentation meilleure qu’en 2020 (en recul cependant sur 2019). Ils sont même 80 % dans la Marne.
Arnaud Robinet dit croire fortement au retour des touristes étrangers ( y compris des américains)  sur la période des fêtes de fin d’année. Pour mémoire, la région grand Est compte les trois marchés de noël les plus fréquentés de France: Strasbourg, Colmar et Reims.

 

Photo©ARTGE extrait campagne digitale

Soyez le premier à commenter "La saison touristique dans le Grand Est"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.