Une nouvelle formation aux métiers des textiles du monde ouvre à Reims

L’Institut de Formation aux Textiles du Monde va s’implanter à Reims dans une friche industrielle revitalisée par la société KUBE, à deux pas de la Cartonnerie et signera officiellement, ce jeudi, une convention de partenariat avec la Banque des territoires / Caisse des Dépôts dans le cadre du programme « Reims, Territoire d’Industrie », une première dans la région Grand-Est.

C’est la concrétisation d’un projet pensé par Ousmane Ouédraogo et son associé François de Beaulieu.

Burkinabé-malien, Ousmane Ouédraogo, ancien mannequin, est styliste de mode avec, à son actif, des défilés dans plusieurs capitales européennes et nord- américaines. En 2019, sous l’égide de l’assemblée générale de la francophonie, les rémois avaient déjà pu découvrir ses créations lors d’un  défilé dans la cour du Palais du Tau. Au printemps 2020, il a été chargé d’organiser au palais d’Iéna, lieu habituellement réservé en exclusivité à la marque Prada,  un défilé pour célébrer les 50 ans de la francophonie. Désormais installé à Reims au coeur du quartier du Boulingrin, il continue à travailler, pendant le confinement, pour le CHU auquel il fournit blouses et masques « en pièce unique ». Cet « amour du textile » et le « goût de la transmission » ont été le moteur du projet d’institut qui englobera tous les métiers de la mode : tissage, mode, couture, teinture. Les engagements d’Ousmane pour les textiles éco-socio-responsables, la promotion de l’entreprenariat féminin, la transmission de savoir-faire ancestraux – patrimoine immatériel de l’humanité- prennent une nouvelle dimension avec la création de cet Institut.

 » Ce sont des petits métiers qui ont disparu avec la désindustrialisation et son cortège de drames humains » regrette François de Beaulieu qui accompagne le jeune créateur dans ce projet. Lui apporte son expérience en gestion et développement international. Ce Franco-Canadien qui  a partagé sa vie professionnelle entre la Suisse, les États-Unis et le Canada où il a dirigé des entreprises privées et cotées en bourse, a une vision disruptive, innovante sur la formation qui vise à « accueillir l’humain avant l’apprenant ». Dans ces métiers, les gens ont été malmenés par la vie et cette formation a, avant tout, une dimension sociale . « Il faut réhumaniser la formation avant de les doter d’un savoir-faire. L’innovation n’est pas que technologique« .

L’aide de la Banque des Territoires a été déterminante. Le « bras armé régional » de la puissante Caisse des Dépôts intervient dans le cadre du dispositif « Territoires d’industrie » qui vise à accélérer le développement industriel. La convention qui va être signée couvre les besoins d’amorçage avec une subvention de 100 000 euros et se poursuivra par un financement en prêt subordonné de CDC. D’autres financements propres à l’économie sociale et solidaire viennent compléter le budget et un prêt bancaire conventionnel pour les aménagements et les équipements sera également mis en place. Quelques investisseurs privés intégreront le capital de l’Institut ensuite pour renforcer son ancrage local. C’est donc, selon les deux associés, près d’ 1 000 000 euros qui sera ainsi levé au premier semestre de 2022 pour accompagner l’Institut.

La formation initiale de 400h (3 mois) sera suivie d’un accompagnement de 9 mois pour faciliter l’intégration à un emploi ou la création d’une micro-entreprise dans les métiers de la couture, du tissage et de la teinture végétale. Deux mois se dérouleront dans une unité de production interne. Parmi les éléments distinctifs : une formation au « upcycling » (pour donner une autre vie au tissu), un module « business » et des cours d’anglais sont également inclus. L’Institut se singularise aussi par l’aspect intergénérationnel, accueillant des formateurs en fin de carrières – impressionnantes souvent – qui partageront savoir-faire mais aussi passion avec leurs apprenants et le sens de la transmission qui les relie à Ousmane Ouédraogo. Une 1 ère session de formation débutera en avril, dans des locaux provisoires. Les locaux définitifs de 590 m2 accueilleront dès septembre 2022, au 2 rue du Commerce, un public en reconversion, en insertion professionnelle incluant également des personnes handicapées pour la 2 ème session de l’année. Un déploiement international, dans l’espace francophone, est aussi au programme !

L’institut de formation aux textiles du monde , qui permet à Reims de renouer avec sa grande histoire textile, inscrit sa démarche dans les objectifs 2030 de l’ONU » Produire autrement pour consommer autrement« .

 

Photo Ousmane Ouédraogo © refletsactuels.fr

Soyez le premier à commenter "Une nouvelle formation aux métiers des textiles du monde ouvre à Reims"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.