La bonne santé du Champagne

Le Syndicat Général des Vignerons tenait sa conférence de presse de rentrée ce jeudi. Maxime Toubart, son président et Laurent Panigai, son directeur général, ont communiqué les derniers chiffres du Champagne et expliqué, selon eux,  les raisons de ce succès.

Tout d’abord, les chiffres.

L’estimation des rendements moyens s’établit dans la fourchette de 14 000-15 000 kg/ha. Le rendement autorisé cette année avait été fixé à 12 000 kg/ha. Les quantités récoltées au-delà, jusqu’à hauteur de 16500 kg peuvent servir à la reconstitution de la réserve. A fin août 2022, les expéditions sont en progression de 9.2 % (+ 15 millions de bouteilles) sur la même période de l’an dernier et, mieux encore, de 29.1 % par rapport aux huit premiers mois de 2019 (soit avant la crise Covid) !. Sur 12 mois glissants, la progression des expéditions est de 14.7% sur 2021 et de 12.2 % sur 2019.  L’export reste un relais de croissance essentiel, qu’il s’agisse de l’Europe ou des pays tiers. Les expéditions sur la France augmentent aussi, mais dans une moindre mesure. 13 des 15 millions de bouteilles ont été expédiées hors de nos frontières depuis le mois de janvier. Toutes les familles, vignerons, coopératives et négoce bénéficient de cette embellie. Pour mémoire, la Champagne a expédié 322 millions de bouteilles en 2021 pour un chiffre d’affaires de 5.7 milliards d’euros. Et les représentants des vignerons écartent tout risque de pénurie.

Comment expliquer ce succès ? Maxime Toubart livre ses analyses. Elles sont plurielles.

Il y a des raisons qui tiennent aux évolutions du mode de consommation « post-covid ». Le Champagne n’est plus considéré comme une simple boisson. Il est devenu « une expérience, un moment. Ce n’est pas qu’arroser un anniversaire, une communion ou un baptême. C’est aussi partager entre amis un moment sympathique et furtif« . Et dans ces temps troublés , « le champagne fait partie de ces choses qui font du bien ».

Il y a aussi la perception du Champagne. Depuis de longues années, les champenois veulent faire passer le message que le Champagne n’est pas qu’un vin d’apéritif mais qu’il est aussi le vin d’un repas. Le président du SGV rappelle d’ailleurs que bon nombre de restaurants et de chefs proposent des repas avec accord mets-vins de champagne. Le Syndicat crée, dans ce sens, beaucoup d’évènements

Lors de la crise sanitaire, »on a eu peur parce que on s’est dit que les gens allaient arrêter de faire la fête et que la filière mettrait  20 ans à s’en remettre, cela n’a pas été le cas » . Leur président relève que les vignerons de Champagne ont su gérer avec dynamisme la crise sanitaire en développant leur présence digitale et en renouant le dialogue avec certains circuits de distribution comme les cavistes. Signe d’une époque, les « Champagnes de Vignerons  » sont  très à la mode. Le consommateur recherche autre chose. Désormais, « le Champagne, ce n’est pas que des bouteilles et des étiquettes, ce sont des vignerons, des histoires, des familles, des terroirs ». On observe une évolution vers des demandes de vins plus typiques et les vignerons se sont adaptés à cela avec le parcellaire, le mono-cépage, le clos… il y a « une appétence pour ces Champagnes qui sortent des sentiers battus » et des marchés de niches s’ouvrent.

Optimiste raisonnable  » on s’attend à un petit effritement en fin d’année et on est attentif » mais optimisme quand même « on ne vend que 300 millions de bouteilles, moins de 10 % des vins effervescents » mais un seul crédo, une seule promesse: la qualité:  » Le champagne, répète Maxime Toubart, ne continuera à se vendre qu’à la condition qu’il soit toujours au top » .

 

Les sujets qui fâchent…

Les Champenois sont préoccupés par deux grands sujets

  • La transmission des exploitations viticoles et l’impact des droits de succession sur cette transmission.
    Le maintien d’un tissu dense d’exploitations familiales continue de constituer une priorité pour le SGV. Ce maintien passe par une adaptation de la fiscalité qui pèse sur les transmissions et par une évolution du cadre réglementaire qui entoure le recrutement. La transmission des exploitations et du foncier viticole reste un défi majeur pour l’avenir du vignoble et plus largement de la filière champenoise. Elle conditionne la pérennité des exploitations.  Une mission sur le sujet du foncier viticole dans les appellations à forte notoriété été confiée à Eric Girardin (Renaissance) le député de la circonscription très viticole d’Epernay. Son  rapport intitulé «Assurer la transmission familiale du foncier et des exploitations viticoles afin de garantir la pérennité et l’indépendance stratégique de la viticulture française » a été remis au gouvernement en avril 2022.
  • L’emploi de main d’oeuvre en Champagne
    La filière champenoise représente un secteur fortement pourvoyeur d’emplois. Au-delà des emplois permanents (5 919 en 2021), les exploitations recourent de manière importante aux emplois saisonniers notamment au moment des vendanges. Rappelons qu’à la différence de nombreuses régions viticoles, le cahier des charges de l’AOC Champagne impose la cueillette manuelle des raisins. Le recours à l’emploi saisonnier dépasse cette période des vendanges pour courir tout au long de l’année afin d’accomplir les différentes tâches liées à l’entretien et la conduite de la vigne. Comme beaucoup d’autres secteurs, la filière Champagne rencontre des difficultés de plus en plus importantes de recrutement. Le constat est particulièrement criant au moment des vendanges. En 2021, on comptait 70 700 vendangeurs en Champagne, contre 83 000 en 2020 et même 100 000 en 2019.  Face à ces difficultés, les employeurs pourraient avoir tendance à recourir davantage à la prestation. Le recours à la prestation représenterait 48% pour la viticulture du Grand-Est en 2018. Selon un échantillon de 344 viticulteurs interrogés par le SGV, 44% déclaraient avoir recours à la prestation de services. Le SGV réclame l’éxonération des cotisations d’assurances sociales salariales pour les contrats vendanges

Soyez le premier à commenter "La bonne santé du Champagne"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.