Fûts et foudres de la Champagne: le retour du bois …

Les éditions de l’Effervescence publient cette semaine un ouvrage consacré aux « Fûts et foudres de la Champagne ».

Après avoir vinifié exclusivement dans des contenants en bois, les Champenois ont adopté majoritairement au début des années 60, les cuves en acier inoxydables. En 1979, le bois ne représentait plus que 1 % des cuveries. Certaines grandes maisons comme Krug, Bollinger, Alfred Gratien et certains vignerons ont poursuivi leur travail avec le bois. Trente ans après, Anselme Selosse, Jean Pierre Fleury et quelques autres, justifiant d’un retour à la nature et au respect de la vigne et de la terre, ont repris la vinification en fûts. Un mouvement amplifié aujourd’hui par la jeune génération champenoise.

Au coeur de cette évolution, Jérôme Viard, le fondateur de la Tonnellerie de Champagne, créée en 1998 et unique tonnellerie -foudrerie du grand Est maîtrisant toutes les étapes d’élaboration, de la sélection des chênes en forêt à la production des fûts et des foudres. Son portrait et celui de ses associés ouvrent cette belle histoire du bois et du Champagne. Ils sont illustrés par une série de magnifiques photos du métier réalisées par Xavier Lavictoire.

L’ouvrage se poursuit avec une rencontre de 68 créateurs de vins de Champagne, vignerons modestes ou réputés, Maisons de renommée internationale ou coopératives inventives. Ils partagent tous la passion du champagne…et un petit peu plus. « Ce supplément d’âme, cher à Henri Bergson, c’est le bois qui vient un peu, beaucoup ou passionnément partager l’histoire de leurs vins« .  Pour chacun, Catherine Coutant évoque l’élaboration des vins et la place qui prend le bois, Philippe Jamesse partage ses impressions sur leur cuvée emblématique et Philippe Mille signe un accord mets-vins avec la dite cuvée.

Cet ouvrage n’est pas seulement beau par ses textes, ses photos et ses dessins de François Schimdt, c’est aussi un ouvrage « scientifique » en ce qu’il constitue un état des lieux à ce jour de l’utilisation du bois dans l’élaboration du vin de Champagne. Dans l’avant-propos, Dominique Montcomble, qui dirigea de 1986 à 2000 les services techniques du Comité Champagne, témoigne: « depuis toujours les Champenois ont su évoluer et le faire dans une recherche permanente d’équilibre, tenant compte d’une réalité économique toujours présente. Il faut surtout ne rien exclure et remplacer un dogme par un autre. Il y a de la place en Champagne pour différentes méthodes de vinification et l’organisation champenoise le permet« .

« Il ne s’agit pas d’être pour ou contre » confirme Catherine Coutant, reconnaissant même qu' »il y a eu de vraies erreurs« . Les Champenois ont acquis une grande maîtrise dans la vinification en cuves inox mais les sujets environnementaux et climatiques favorisent le retour du bois.  « Mais force est de constater, nous dit celle qui est aussi élue de la Ville de Reims en charge du patrimoine, que « le bois et le Champagne sont deux produits vivants et que leur mariage donnent des produits fabuleux ! « .

 

Les auteurs:

Jérôme Viard est tonnelier, fondateur de la Tonnellerie de Champagne, Philippe Jamesse est sommelier, Philippe Mille est le chef étoilé au Domaine des Crayères de Reims, Xavier Lavictoire est photographe. Autour de Catherine Coutant autrice spécialisée dans la gastronomie et le patrimoine et François Schmidt dessinateur et metteur en pages.

Fûts et foudres de la Champagne
Editions de l’Effervescence

Disponible à la Tonnellerie de Champagne, dans les librairies
ou sur commande aux Éditions de l’Effervescence
2 rue Léon Patoux 51664 Reims cedex
Tel. 03 26 04 75 24 editionseffervescence.fr

Soyez le premier à commenter "Fûts et foudres de la Champagne: le retour du bois …"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.