Reims, héritière de Foujita

La Ville de Reims a reçu ce jeudi en donation 663 oeuvres de Léonard Foujita. L’acte a été signé par Adeline Hazan,  Maire de Reims, Maître Masahiko Sumida, avocat de Kimyo Foujita et Maître Pierre Lescure notaire, tous deux exécuteurs testamentaires en présence du représentant de l’ Ambassade du Japon en France.

foujita-2

Du peintre, la Ville de Reims était déjà dépositaire de dix oeuvres. Ses collections proposaient aussi trois oeuvres, reçues en legs de la part de Kimiyo Foujita en 2009 (La Vierge Miraculeuse, La Vierge Nourricière et La Madone). Aujourd’hui, la nouvelle donation, estimée à 1 710 000 euros, concerne 15 peintures, 4 vitraux, 7 verreries, 9 céramiques, 4 boîtes, 6 tempera sur medium, 9 lithographies d’autres artistes (Degas, Cocteau, Dali, Lhote, Villon et Vieuxblé) ainsi que 607 oeuvres d’arts graphiques, dont la plupart sont des dessins préparatoires des fresques et vitraux de la chapelle Notre-Dame de la Paix, que les rémois connaissent mieux sous le nom de Chapelle Foujita qui abrite près du siège du Champagne Mumm à Reims, les cendres de l’artiste ainsi que la tombe de sa dernière épouse, Marie-Ange, décédée en 2009.

Cette donation, très exceptionnelle à l’échelle de l’ Europe, confirme Reims comme lieu de référence autour du « plus français des artistes japonais ». Le nouveau musée des Beaux-Arts, prévu en 2018, réservera une salle de 240 m² aux oeuvres données.

Soyez le premier à commenter "Reims, héritière de Foujita"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.