« Ouvrir ou nous faire mourir »: une campagne forte pour exiger la réouverture des commerces le 27 novembre

Created with GIMP

Le Conseil du Commerce de France et ses fédérations lancent une campagne de mobilisation et saisissent le Président de la République dans une lettre ouverte, afin d’obtenir la réouverture totale des commerces le 27 novembre.

Face à la situation catastrophique des commerces impactés de plein fouet par l’arrêt de l’activité des commerces, le CdCF tire cette semaine la sonnette d’alarme et lance une campagne visant à faire réagir les pouvoirs publics. refletsactuels vous présente les visuels de cette campagne

Pour rendre cette réouverture possible, le CdCF et ses fédérations sont prêts à améliorer encore leurs protocoles sanitaires notamment en réduisant la capacité d’accueil en magasin. Et ce alors même qu’aucun cluster n’a pu être démontré dans les commerces depuis le déconfinement. Le CdCF rappelle en outre l’engagement sans faille des commerçants depuis le premier confinement pour faire respecter les règles, pour faire reculer la pandémie et accompagner les priorités de santé publique.

Le CdCF demande donc officiellement la suppression du principe d’une clause de revoyure, synonyme d’incertitude totale pour les commerces fermés. A l’appui de cette demande, deux arguments

– Cela permettra aux Français de disposer d’un week-end de plus pour réaliser leurs achats de Noël et donc de mieux répartir les flux à l’approche des fêtes de fin d’année ;

– Cela permettra aux points de vente physiques de mettre en place et de participer à l’opération commerciale du Black Friday, que les pouvoirs publics ne pourront interdire et qui se tiendra donc, sous ce label ou sous un autre, sur Internet comme dans les enseignes restens ouvertes. Si les commerces devaient rester fermés, le Black Friday signifierait une perte conséquente du chiffre d’affaires.

Une réouverture permettrait de réduire les pertes de chiffre d’affaires de novembre. Le CdCF souligne la nécessité d’agir vite, très vite : « ouvrir ou nous faire mourir, il faut choisir » n’est pas qu’un slogan mais c’est une réalité, comme le soulignent aujourd’hui les chiffres disponibles quant à l’état de situation des commerçants actuellement fermés .

 

Les chiffres prévisionnels du second confinement pour le commerce actuellement fermé
(secteurs fermés au public uniquement. Les chiffres sont mécaniquement plus élevés si on inclut les secteurs ouverts)

Pour novembre
Perte de CA (HT) novembre* : 8,9 Mds €
Perte de TVA : 1,8 Mds €
Estimation besoin de trésorerie : 5,8 Mds €
*en considérant que 10% du CA de novembre réalisé? en ligne – prévision identique pour décembre 70 % des salariés sont au chômage partiel

Pour décembre
Perte de CA (HT) décembre : 12,3 Mds €
Perte de TVA : 2,5 Mds €
Estimation besoin de trésorerie : 8 Mds €
Estimation besoin de trésorerie si fermeture novembre et décembre : 13,8 Mds €

Risques de fermetures de commerces : 20 335 points de vente

Risques de suppression d’emploi : 95 500 salariés.

Source: Communication CdCF-Insee (base Esane 2018 et INSEE FOCUS n °170 – https://www.insee.fr/fr/statistiques/4253935), DARES, traitement CdCF

Le Conseil du Commerce de France est aujourd’hui une association qui regroupe une trentaine de fédérations professionnelles. Il rassemble aussi bien les commerces indépendants ou franchisés, que le commerce associé ou la grande distribution intégrée, de tous secteurs : équipement de la personne, équipement de la maison, alimentation… Il est l’expression de toutes les formes de distribution : commerces de proximité, centres commerciaux, e-commerce… Il représente 70 % des emplois d’un secteur dans lequel travaillent 3,5 millions de femmes et d’hommes. Il compte parmi ses membres le Conseil National des Centres Commerciaux dont le rémois Antoine FREY a été Président de 2017 à 2020.

Soyez le premier à commenter "« Ouvrir ou nous faire mourir »: une campagne forte pour exiger la réouverture des commerces le 27 novembre"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.