3 déc 2010-Reims 2020: La ville rêvée d’ Adeline Hazan

Adeline Hazan, la Maire de Reims a dévoilé, ce vendredi au Centre des congrès devant un public important, le projet urbain qu’elle avait annoncé lors de sa candidature.

Fruit du travail des trois cabinets d’architectes urbanistes retenus en novembre 2008, de débats et d’analyses avec la population et des experts, le projet présenté donne une vision de l’évolution que souhaite impulser la Maire de Reims dans les dix années qui viennent.

Le centre-ville
Une part importante du projet est consacré au centre-ville. Fortement impacté par l’arrivée du tramway, jugé trop petit et parfois  » sans âme, » celui-ci sera redessiné. Il sera étendu du quartier du Boulingrin à la Comédie en passant par les Promenades, qui seront réaménagées.

Dans la quartier du Boulingrin, où se poursuit la rénovation des Halles, un musée des Beaux-Arts devrait voir le jour. Il rassemblerait 29 000 oeuvres et se situerait sur l’actuelle site du marché.
Après avoir traversé le Pont de Vesle, on entrerait dans un quartier « Comédie-Rive de Vesle ». Cet espace, en partie déjà présenté lors de l’annonce du départ prévu de Renault et des projets des groupes Vinci-Schüller , s’articulerait autour de trois places publiques reliées par une voie piétonne.

Enfin, le Port Colbert serait connecté au centre-ville en permettant ainsi de définir les contours d’un grand Reims. Un nouveau quartier serait crée mettant en valeur les bords du canal.

Axe majeur de la Cité des Sacres depuis près de 40 ans, l’ autoroute A4 va devenir progressivement un boulevard urbain. Dans le projet Reims 2020, La vitesse y serait limitée dans la partie qui longe le stade Auguste Delaune à 70 km/h et les berges du canal feraient l’objet d’une réhabilitation complète pour en un faire un nouveau lieu de vie.

En centre-ville et dans les quartiers, un programme de rénovation des places serait lancé. 10 places sont concernées parmi lesquelles La place de l’hôtel de ville, près de la Cathédrale, la place du Chapître, les places Godinot et Carnégie et la place des Martyrs ainsi que le parvis de la Basilique Saint-Rémi. Ce programme entend ainsi compléter celui qui a accompagné les travaux du tramway ( Place Stalingrad, Opéra…).

Au délà des travaux imaginés, c’est aussi la place de l’automobile qui est en cause. Le vélo sera considéré comme un mode de transport à part entière. Le projet Reims 2020 annonce la création de 4000 points de stationnement dans les 10 ans à venir.

La culture

Considéré comme un facteur d’attractivité à l’échelle européenne, la Culture occupe une place importante dans les préoccupations des initiateurs du projet. Outre le musée des Beaux-Arts, un nouvel espace, déjà baptisé  » la Fabrique », sera installé sur le site du Champagne Jacquart rue de mars. Son ouverture est envisagé pour 2013. L’art continuera de s’exposer dans la rue et, particulièrement, le long de la ligne du tramway. Remise en eau des fontaines et mise en lumière des monuments historiques ( notamment des façades art déco) doivent contribuer à raviver la cité.

Le pôle d’innovation

Autre idée majeure développée par Reims 2020, la création d’une « vitrine technologique » au sud de l’agglomération. Le concept est d’associer, sur un même site bénéficiant des voies de communication que sont la gare TGV de Bezannes et le contournement autoroutier et la sortie nouvelle sud, l’Université, les Grandes Ecoles, des laboratoires high-tech, un pôle santé et des équipements de loisirs. Préfiguration de ce pôle, il faut rappeller que le groupe Courlancy, l’un des premiers groupes régionaux française de cliniques privées, a annoncé le regroupement de ses cliniques rémoises Courlancy et Saint-André, sur un site unique à Bezannes. Le nouvel établissement offrira une structure et un plateau technique modernes, équipés des dernières technologies pour une médecine et une chirurgie de très haut niveau. Des plateaux techniques d’excellence (services de chirurgie lourde, de médecine spécialisée et de réanimation) seront créés sur le site grâce à la mutualisation des équipes médicales et chirurgicales rémoises. L’établissement fera vivre en son sein 1 400 emplois directs et 600 emplois indirects, sans oublier les 2 000 visiteurs attendus chaque jour. Le lancement officiel du projet et le début des travaux sont planifiés pour 2012. L’ouverture est prévue en 2016.

D’autres pistes sont évoquées dans ce projet urbain qui ouvre aussi sur le territoire plus vaste que constitue le Pays Rémois. Reims 2020 n’oublie pas non plus l’ appartenance de Reims Métropole au G10 et son million d’habitants.

Le débat sera certainement animé dans les mois qui viennent sur les projets contenus dans le  » Projet » et les questions qu’il appelle quant au calendrier et au financement.

Soyez le premier à commenter "3 déc 2010-Reims 2020: La ville rêvée d’ Adeline Hazan"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*