Courlancy à Bezannes, la plus belle clinique de France

 Le groupe Courlancy fête ses 40 ans. Il compte huit cliniques dans la Marne, l’Aisne et la Haute-Marne emploie 1 800 salariés et héberge l’activité de 350 médecins, laquelle a généré en 2011 un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros. A Reims, le groupe est propriétaire de la clinique Les Bleuets et locataire des cliniques Courlancy et Saint André.

COURLANCY-510
La taille de ce groupe est le résultat de constructions, d’extensions et de rachats, depuis 1973, jusqu’à figurer aujourd’hui au rang des plus grands ensembles nationaux de médecine privée et permettre, dans le cadre d’un dynamique bien engagée, d’aspirer à plus de modernité et plus d’efficience encore.

Un bel anniversaire pour préparer l’avenir. De l’avis du Président de la Société Anonyme à Conseil d’Administration, Jean-Louis Desphieux, il s’agit de répondre a des exigences de médecine moderne, d’espaces rationnels, des process  compétitifs et d’outils de pointe au service du confort des patients et de l’optimisation du travail des praticiens. Certes, Courlancy, pour ne citer que cette unité de soins, figure dans les dix meilleures cliniques de France et pour autant l’urgence d’amélioration, à cinq ou dix ans maximum, s’impose.

Au top, sur le plan médical, le groupe a décidé de répondre encore mieux au niveau de l’organisation de ses services et de l’architecture de ses installations. Rapprocher, par exemple, les différents services du bloc opératoire est une des nécessités actuelles. Répondre aux impératifs économiques pour mieux servir la qualité médicale, voilà ce sur quoi se fonde le projet rationnel de Courlancy à Bezannes.

La plus belle clinique de France

En poussant l’analyse plus loin encore, Jean-Louis Desphieux évoque la place de la santé dans le développement régional : « Courlancy à Bezannes sera la plus belle clinique de France sur beaucoup de points de vue. La nouvelle clinique va attirer encore plus de compétences médicales et de patients venant de l’Est parisien, à quarante minutes de Bezannes. La proximité de l’aéroport de Roissy nous ouvre une clientèle étrangère qui connaît déjà nos atouts ».

Il est vrai que la fiche de présentation du projet est plutôt prometteuse : 8 hectares d’emprise, 50 000 m² de bâtiments, 8 000 m² dédiés aux consultations, 7 salles d’accouchement, 27 salles d’opération, 580 lits et une capacité d’accueil de 2 500 personnes par jour (consultations et visiteurs).

Le choix de Bezannes ? Un terrain parfaitement adapté au projet, une implantation idéalement distribuée par touts les transports en commun (nœud autoroutier, tramway, bus, Transport Express Régional et TGV Est européen), au service des populations locales, régionales, nationales et étrangères.

 

 

La grande question du financement

Qui pour financer un investissement aux alentours de 100 millions d’euros hors taxes ? Réponse de Jean-Louis Desphieux : « Nous sommes en contact avec plusieurs investisseurs depuis de nombreux mois. Dans le montage prévu, l’investisseur sera propriétaire et nous locataires. On peut citer ICADE au rang des investisseurs de premier rang en rappelant qu’ICADE est la holding financière du futur constructeur qui est la société Sethri Sétae.  Les négociations sont assez bien avancées, avec ICAD comme avec trois ou quatre autres candidats potentiels, sans compter avec les offres récentes venues du Qatar ou des Emirats Arabes Unis ».

Pour Jean-Louis Desphieux, le dossier sera bouclé dans les trois prochains mois. Le plus beau projet de clinique en France, porté par un seul investisseur, mérite bien ce délai de réflexion, d’autant qu’il s’agirait pour l’instant du taux de retour sur investissement (aux alentours de 7 à 7,5% selon nos sources, soit un loyer annuel  de 7 ou 8 millions d’euros). Sachant que le groupe paie aujourd’hui un loyer de 3 millions d’euros, sur Saint-André et l’actuelle clinique de Courlancy, le solde sera couvert par les économies  d’échelle produites par le nouveau bâtiment.

Bezannes, une quasi-certitude

L’opinion majoritaire des acteurs et actionnaires actuels du groupe est favorable au projet Bezannes. Pour le Président du groupe, ce projet est indispensable et vital. En 2020, sans cette réalisation, la gestion des installations actuelles sera impossible. Donc, la nouvelle clinique de Bezannes doit se faire et se fera. C’est l’opinion « claire et nette » de Jean-Louis Desphieux. Première pierre en mars 2014 et inauguration début 2017.

Fin Mai, bouclage ou non du dossier investissement et courant Juin élection du Président du groupe. Jean-Louis Desphieux fait le double pari de la sagesse et de la raison. Pour le Président sortant, il y va de l’intérêt de tous, d’autant que la seule mise en forme du projet aura coûté plus de 3 millions d’euros à fin 2013.

 

#####################

 

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter "Courlancy à Bezannes, la plus belle clinique de France"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*