Reims va patiner

Les travaux avancent vite boulevard Albert 1er à Reims et la patinoire devrait être inaugurée en mars

patinoire fev2015_cr
Le bâtiment, qui proposera une surface de glisse standard (56m de long sur 26m de large) mais aussi des services complémentaires (cafétéria, bornes de location de patins, vestiaires et même un local réservé au contrôle anti-dopage), ainsi que des structures d’accueil pour le public (tribunes et parking à proximité), devrait donc être opérationnel dans un mois. Cet équipement pourra être utilisé par les clubs sportifs, les scolaires (primaires et secondaires) mais aussi le grand public.

Conçue par l’Agence Geoffroy Architectes et construite par la société picarde Spaciotempo, la future patinoire se veut unique au monde de par sa conception. Cette infrastructure sera composée d’une halle principale accueillant l’aire sportive et une tribune de 600 places ainsi que d’un ensemble en construction modulaire qui constitue les locaux annexes (infrastructure de capacité maximale de 700 places).

patinoire int fev 2015-510_cr

La halle principale en couverture de la patinoire et des gradins est réalisée au moyen d’un procédé constructif métallo-textile à charpente en aluminium, façades en bardage métallique isolé et couverture en double membrane polyester enduit PVC. Cette halle principale, d’une surface de 2800m2, est  générée par des fermes métalliques (40m de portée libre, 7m sous gouttières, 12m au faîtage, forme cintrée) en cours de montage. Des annexes en construction modulaire seront disposées en périphérie du volume principal (hormis l’espace buvette / VIP qui sera intégré à la halle principale). La surface totale de ces annexes est d’environ 634 m2 dont environ 70m2 de couloirs de distribution.

La construction privilégie l’utilisation de matériaux de qualité peu coûteux. « nous sommes sur un budget quatre fois moins cher qu’une patinoire classique »détaille Stéphane Lang, conseiller municipal délégué à la Vie sportive, précisant que l’ensemble représente un budget de deux millions d’euros pour l’infrastructure et 800 000 euros pour les aménagements annexes (rénovation du parking, terrassement…)

Pourtant, la patinoire Albert Ier n’a pas été pensée pour ne servir que de « transition » en attendant l’arrivée du grand complexe aqualudique au Sernam. Pourvu d’une garantie décennale, l’équipement pourrait même avoir une durée de vie approchant les trente ans…

 

Source Communication Ville de Reims

Soyez le premier à commenter "Reims va patiner"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*