« Patrimoine sacré » à Reims

Mosquée Missiri-Fréjus-© Pascal Lemaître-CMN-

Afin de faire mettre en valeur la richesse du patrimoine sacré contemporain, le Centre des monuments nationaux propose jusqu’au 28 juin au Palais du Tau à Reims une exposition de photographies de Pascal Lemaître, réalisées pour l’ouvrage « Patrimoine sacré. XXe-XXIe siècle » publié aux Éditions du patrimoine l’automne dernier.

Mosquée Missiri-Fréjus-© Pascal Lemaître-CMN-

Mosquée Missiri-Fréjus-© Pascal Lemaître-CMN-

Du Havre à Nice et de Strasbourg à Nantes, c’est un véritable parcours à travers la France qui sera proposé à travers une soixantaine de photographies, montrant la diversité de son patrimoine religieux : églises catholiques ou orthodoxes, synagogues, mosquées, temples protestants ou bouddhiques. Au-delà de leur vocation cultuelle, ces édifices sont de véritables chefs-d’œuvre, réalisés par les plus grands architectes du XXe siècle, tels Hector Guimard, Auguste Perret, Paul Tournon, Marcel Lods, Maurice Novarina, Le Corbusier, Jean Prouvé, Claude Parent, Tadao Ando, avec la collaboration d’artistes aussi renommés que les sculpteurs Carlo Sarrabezolles, Antoine Bourdelle, le ferronnier Raymond Subes, les peintres verriers Marguerite Huré, Louis Barillet, et les peintres Maurice Denis, Georges Desvallières, Fernand Léger, Henri Matisse, Georges Braque, Marc Chagall, Georges Rouault, Jean Lurçat, Pierre Bonnard, Martial Raysse, Gérard Garouste, Michelangelo Pistoletto… C’est ainsi un vaste panorama de l’art au XXe siècle qui est offert. Certains de ces édifices sont même des prouesses architecturales et ont nécessité le concours d’ingénieurs, tel Eugène Freyssinet. Nombre d’entre eux sont labellisés « Patrimoine du XXe » ou sont même classés ou inscrits au titre des monuments historiques.

La loi fondamentale de séparation des Eglises et de l’Etat, en 1905, loin de déboucher sur un déclin de l’architecture religieuse en France, a paradoxalement favorisé un vaste mouvement de constructions qui perdure jusqu’à aujourd’hui. Plus de 2500 églises catholiques ont été ainsi bâties au XXe siècle, auxquelles s’ajoutent par centaines des mosquées, des synagogues, des temples et d’autres lieux de culte pour d’autres religions. Les destructions de la première guerre mondiale, l’urbanisation de quartiers nouveaux en périphérie des villes, puis la Reconstruction en sont les causes immédiates, auxquelles s’ajoute l’enthousiasme envers l’architecture moderne pour créer des lieux d’une foi renouvelée. C’est au cours des années 1950 que les plus grands architectes sont sollicités pour bâtir des lieux de prière, avec une incroyable liberté de création et le soutien d’un courant moderniste puissant dans l’église catholique. Les techniques d’utilisation du béton ont permis la réalisation de formes inédites et on retrouve les idées de bien des créations actuelles dans des chapelles construites il y a cinquante ans. C’est dans les églises catholiques que les fidèles des années i960 ont pu découvrir l’art moderne, de Matisse à Vence, Léger ou Braque. De manière générale les lieux de culte les plus variés ont donné lieu à des créations originales, novatrices et d’une rare qualité plastique.

Source : CMN  Photos ©Pascal Lemaître-CMN

Exposition au Palais du Tau jusqu’au 28 juin
Renseignements sur www.editions.monuments-nationaux.fr
Collection « Patrimoines en perspective » Patrimoine sacré XXe et XXIe siècles Paul-Louis Rinuy – Photographies de Pascal Lemaître – En vente en librairie

Soyez le premier à commenter "« Patrimoine sacré » à Reims"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*