Charbonneaux-Brabant, entreprise viscéralement familiale

Parce qu’elle n’est pas fondée uniquement sur les intérêts financiers de ses actionnaires, l’entreprise familiale a aujourd’hui le vent en poupe. A Reims, Charbonneaux-Brabant en est un parfait exemple.

« L’entreprise familiale a des valeurs. Elle attire les talents. Elle est porteuse de sens pour les collaborateurs, auxquels elle permet de s’épanouir. Elle procède également d’une vision à long terme, faite pour rassurer les clients/consommateurs dans l’environnement de la mondialisation. Nos distributeurs font la promotion de ce type d’entreprise. C’est un modèle sain. » En quelques phrases, Valéry-Brabant, directeur général de Charbonneau- Brabant, vient de résumer sa philosophie de l’entreprise en général, et de la sienne en particulier.

Double exigence

Moyennant quoi, à travers ses deux activités complémentaires (les produits alimentaires, vinaigres, mayonnaises, sauces salade… d’une part, et les produits d’entretien et de bricolage, d’autre part), Charbonneaux-Brabant poursuit une croissance raisonnable et raisonnée. « Le dynamisme commercial, porté par nos équipes et mû par le cercle vertueux du développement, assure notre croissance organique. La croissance externe, qui est un de nos savoir-faire, repose sur l’intérêt que nous portons à un produit, mais aussi et surtout sur une rencontre avec un fondateur dont les valeurs correspondent aux nôtres. Dès lors, nous étudions beaucoup de projets, peu aboutissent. »
Néanmoins, c’est cette double exigence (le produit et la rencontre) qui a permis à Charbonneaux-Brabant d’acquérir l’an dernier l’Italien Alico, producteur de vinaigre balsamique haut de gamme à travers sa marque Giovanna Pavarotti.

Equation gagnante

Aujourd’hui, Charbonneaux-Brabant réalise un chiffre d’affaires consolidé de quelque 125 M€, emploie 350 salariés sur 7 sites en France et 2 en Italie, et exporte ses produits alimentaires dans 80 pays, dont les USA. Après diverses acquisitions en 2018 (si Alico a été la plus marquante, elle n’a pas été la seule), « 2019 est pour nous une année de consolidation, explique Valéry Brabant. Cela n’exclut pas les projets, mais nous devons et nous savons être sereins, prendre notre temps, pour ne pas nous brûler les ailes. » Une gestion de « bon père de famille » (au sens juridique de l’expression) pour une entreprise familiale. Chez Charbonneaux-Brabant, l’équation est gagnante.

Partenaire des Flâneries Musicales

Une conscience sociétale
Selon Valéry Brabant, le partenariat entretenu avec Les Flâneries Musicales de Reims depuis une 15 d’années maintenant est « une forme de conscience sociétale » pour Charbonneaux-Brabant. « L’entreprise est ‘dans’ la ville – et pas seulement physiquement -, elle se doit d’être ouverte à ce qui touche la vie de la cité. A ce titre, nous sommes également mécènes du nouveau spectacle de la Cathédrale, ou de la rénovation de la Porte de Mars. » Dans sa constance, l’engagement aux côtés des Flâneries procède de cette démarche. Charbonneaux Brabant a toujours été plus particulièrement partenaire du concert pique-nique et la première partie de l’édition 2019, ce samedi, intitulée Voir Naples et chanter, est aussi pour Valéry Brabant un clin d’œil au développement de l’entreprise sur le sol transalpin. « D’ailleurs, des échantillons du vinaigre balsamique Giovanna Pavarotti seront distribués pour l’occasion… » Qu’on se le dise !

Photo: Guy Brabant (à gauche), président du conseil d’administration de Charbonneaux-Brabant, et Valéry Brabant, directeur général : la continuité familiale de l’entreprise.

Soyez le premier à commenter "Charbonneaux-Brabant, entreprise viscéralement familiale"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*